Pierre Elliott Trudeau

(1919 - 2000)

Accueil

L'intellectuel voyageur

Le premier mandat (1968-1972) : des années explosives

Les deuxième et troisième mandats (1972-1979) : ce NPD qui défait les gouvernements

Le dernier mandat (1980-1984) : l'unité nationale au menu

Son héritage politique

Mémoires

Reportages et Hyperliens



JOURNALISTE
Sophie-Hélène Lebeuf

 

 

En bref

  • Il est né le 18 octobre à Montréal.
  • Fils d'un père francophone et d'une mère anglophone.
  • Il étudie le droit à l'Université de Montréal.
  • En septembre 1961, il fait le saut en politique fédérale.
  • En décembre 1967, le Canada trouve son 15e premier ministre.

Pendant la campagne électorale, il dénonce la pauvreté et défend l'idée d'une société juste. Intellectuel qui maîtrise les règles médiatiques, millionnaire aux idées de gauche, séducteur à la répartie facile, il donne l'image d'un politicien nouveau genre. Le charisme du nouveau chef libéral fait déferler une vague de sympathie, que les médias appelleront la « trudeaumanie ».

Fils d'un père francophone et d'une mère anglophone, Pierre Elliott Trudeau poursuit des études supérieures à l'étranger, puis entreprend de nombreux voyages. Il fonde par la suite la revue Cité libre avant de se joindre à l'équipe libérale de Lester B. Pearson, à qui il succède en 1967.

Sa Loi sur les langues officielles déçoit certains anglophones sans pour autant satisfaire les souverainistes. Ses premières années sont également marquées par la crise d'octobre de 1970, à laquelle il répond par la Loi sur les mesures de guerre.

Les libéraux sont réélus mais, minoritaires, ils sont renversés en 1974. Ils remportent alors les élections, mais perdent celles de 1979 au profit des conservateurs, qui seront toutefois rapidement défaits.

Pierre Elliott Trudeau effectue son retour peu avant la tenue du référendum sur la souveraineté-association proposée aux Québécois par René Lévesque. Dans la foulée de la victoire du « non », Pierre Elliott Trudeau procède au rapatriement de la Constitution, sans l'accord du Québec.

Après son retrait de la vie publique, il fait quelques sorties remarquées pour défendre sa vision du Canada. Pour les uns, son nom reste lié à la Charte des droits ou à de généreux programmes sociaux. D'autres l'associent plutôt à la « nuit des longs couteaux ». Quoi qu'il en soit, l'ancien premier ministre survit dans la mémoire collective.

Pierre Elliott Trudeau