Maurice « Rocket » Richard

(1921 - 2000)

Accueil

Son entrée dans la LNH

Le plus grand marqueur de tous les temps

Le 400e but

Le 500e but et la retraite

Reportages et Hyperliens



JOURNALISTE
Richard Raymond

On a dit de lui...



« C’est le plus grand compétiteur dans le sport. »
Frank Selke

« Il est captivant à regarder même s’il est appuyé contre le poteau des buts. »
Un journaliste 

« Il est à la fois adulé et détesté. À Montréal, c’est le citoyen numéro un, à Toronto, c’est l’ennemi public numéro un. »
Jack Sullivan, journaliste torontois 

 

Le 400e but

Le maire de Montréal, Jean Drapeau, donne une réception en son honneur à l'hôtel de ville en 1954, pour souligner le 400e but compté par le numéro 9.

Maurice Richard entre dans la légende en devenant le premier joueur de la LNH à compter 400 buts

Par la suite, Maurice Richard reçoit des centaines de lettres d'admirateurs, ce qui oblige sa femme Lucille à demander l'aide de la mère du numéro 9 et d'une voisine pour l'aider à dépouiller ce volumineux courrier!

La femme et la mère du Rocket dépouillent le courrier

C'est en mars 1955 que le joueur acquiert le statut de figure emblématique pour toute une génération de Québécois. Au cours d'une mêlée, le fougueux ailier droit du Canadien frappe un juge de ligne. Le président de la LNH, Clarence Campbell, le suspend pour le reste de la saison, les éliminatoires y compris. Les partisans de Montréal ne peuvent accepter la suspension de leur héros, qui leur paraît arbitraire.

Un partisan du Rocket exprime sa frustration

Le 17, le Canadien affronte les Red Wings. Clarence Campbell ose se présenter au Forum et la foule en colère s'en prend au président, lui lançant même des projectiles.

Clarence Campbell vient de recevoir un projectile, sous la huée de la foule

Une bombe lacrymogène de fabrication artisanale atterrit sur la glace. Il n'en faut pas plus pour déclencher l'émeute. La foule en colère s'adonne au saccage et au pillage, d'abord du temple du hockey, puis sur la rue Sainte-Catherine. Des voitures sont renversées. L'émeute, restée dans les mémoires comme étant la pire qu'ait connue l'histoire du sport canadien, prend fin quatre heures plus tard avec l'arrestation de 137 personnes.

Les émeutiers allument des incendies rue Sainte-Catherine

Par la suite, Maurice Richard aura de moins de moins de sautes d'humeur sur la glace. Au printemps 1956, il participe aux séries éliminatoires, qui se terminent par une victoire de 3 à 1 du Canadien sur Détroit, le 10 avril. L'équipe de Montréal remporte alors la première de cinq coupes Stanley consécutives. Ce record de la Ligue nationale auquel a participé le Rocket n'a pas encore été battu.