Mgr Marc Ouellet

Nouveau prince de l'Église

Accueil

De Rome à Québec

Ouvert et conservateur

Parcours

Reportages et Hyperliens



JOURNALISTE
Sophie-Hélène Lebeuf

Il a dit...



« Je crois qu'il y a un ensemble de circonstances qui ont favorisé [ma nomination comme cardinal]. Peut-être le fait que je sois plus intimement connu par le Saint-Père et que j'aie été plus impliqué dans des ministères comme l'œcuménisme a pu jouer en ma faveur, mais en même temps, je crois qu'il y a d'autres circonstances qui ont pu jouer. »
(Le Point, 29 septembre 2003)


 

 

De Rome à Québec

En novembre 2002, il est nommé archevêque de Québec, fonction qu’il occupe officiellement depuis janvier 2003. En prenant la direction de l'archidiocèse de Québec, premier diocèse canadien à être érigé, il devient du coup primat de l'Église canadienne, un titre hautement honorifique lui conférant toutefois une autorité morale. Sa nomination comme 24e évêque de Québec en a surpris plusieurs, puisque, depuis un demi-siècle, ses prédécesseurs étaient issus du diocèse.

« Peut-être que ce qui m'a le plus peiné, ce sont certains commentaires que j'ai lus qui me présentaient comme l'homme du Vatican pour remettre à l'ordre les évêques du Québec. Je suis un homme d'unité. J'ai travaillé en dialogue avec les autres Églises, et j'ai appris les valeurs de l'unité, de travailler ensemble, de cheminer ensemble. »
(Second Regard, 26 janvier 2003)



Celui qui avait davantage emprunté un parcours de théologien et de penseur mène maintenant une mission pastorale. Comme partout en Occident, on constate au Québec un déclin de la pratique religieuse. Or, pour Mgr Ouellet, le Québec doit retourner à ses racines chrétiennes s’il désire survivre en tant qu’entité. Pour ce faire, rejoindre la jeunesse et soutenir la famille constituent ses priorités.

« Comme dans l'Église de Québec, on s'est efforcé de développer un esprit synodal, de communion, de participation, et je communie profondément à la recherche de tous les évêques pour trouver les moyens de répondre aux défis de la société du Québec. J'admire les efforts qu'ils font et je viens en dialogue avec eux pour trouver ensemble les meilleurs moyens de redonner l'espérance à nos jeunes. »
(Second Regard, 26 janvier 2003)

« Il est malsain de faire disparaître le message religieux de l’école alors que la jeunesse a justement besoin de valeurs. Pensez au suicide, à la natalité infime. »
(La Presse, 20 avril 2003)

« Il existe 800 sectes ou groupes religieux au Québec. Là où la vraie religion diminue, les sectes prolifèrent car le sentiment religieux appartient à la nature de l’homme. Et ce sentiment devient alors un terreau pour la manipulation, l’exploitation. »
(Le Soleil, 26 janvier 2003)


À peine huit mois après son accession au titre d’archevêque de Québec, le Vatican a annoncé sa nomination au poste de cardinal. Il y a officiellement accédé lors du consistoire du 21 octobre 2003.

« C’est un homme très compétent dans son domaine, surtout dans l’enseignement de la théologie. Il a aussi une expérience dans la formation des futurs prêtres. Ensuite, il y a son dévouement, son attachement au Saint-Siège et son esprit de disponibilité à servir là où on l’appelle. Je n’ai pas l’impression que ce soit quelqu’un d’ambitieux qui poursuit un plan de carrière. »
— Père Alexandre Taché
(Le père Taché est oblat Marie-Immaculée et professeur émérite en droit canonique à l’université Saint-Paul. Il a côtoyé Mgr Ouellet à quelques reprises à Rome.)