JOURNALISTE
Florence Meney

 

 

 


 

 

Un bilan remarqué aux finances 

Jean Chrétien est assermenté à titre de premier ministre du Canada le 4 novembre 1993.

C'est le début du long règne de Jean Chrétien à la tête du pays. Le nouveau premier ministre appelle Paul Martin à se joindre au cabinet fédéral; celui-ci est nommé ministre des Finances, un domaine où sa pensée rigoureuse, doublée de son expérience du monde des affaires, excelle. Il sera de nouveau nommé dans ces fonctions le 11 juin 1997, à la suite des élections fédérales générales qui ont vu le Parti libéral et son chef Jean Chrétien triompher pour un second mandat.

 

Élections de 1997

Parti libéral : 155 députés
Parti réformiste : 60 députés et 19,4 % des voix
Bloc québécois : 44 députés et 10,7 % des voix
NPD : 21 députés et 11 % des voix
Parti progressiste-conservateur : 20 députés et 18,8 % des voix
Indépendant : 1 député et 1,6 % des voix

 

En prenant le portefeuille des finances, Paul Martin déclare que sa priorité est de juguler le déficit. Il parviendra à équilibrer le budget en 1997-1998 et créera la première situation de surplus depuis les années 70.


Paul Martin restera en poste aux finances jusqu'en juin 2002. Aujourd'hui, l'homme est perçu par beaucoup comme le grand artisan de l'assainissement des finances publiques du pays. En quatre ans, seul ou aidé par la conjoncture, selon les avis, il a réussi l'exploit d'éliminer un déficit de 42 milliards de dollars. Pourtant, quand il a pris le portefeuille en 1993, sa situation était loin d'être enviable. Le Canada, fortement endetté, inquiétait jusqu'au Fonds monétaire international. Et traditionnellement, un passage aux finances pour un politicien peut porter un coup mortel à sa cote de popularité.

 

La méthode Martin aux Finances

Demander à des économistes du secteur privé de prédire le taux de croissance de l'année à venir; retenir le chiffre le plus bas; sous-estimer les revenus et se donner une bonne réserve; affecter automatiquement l'excédent généré au remboursement de la dette à l'étranger.
Source : L'actualité

 

Cet assainissement des finances publiques a cependant son prix. Les provinces lui reprocheront de façon récurrente d'avoir réglé les problèmes d'Ottawa sur leur dos et sur celui des citoyens les plus vulnérables en réduisant le financement de la santé, de l'éducation et de la sécurité sociale. L'opposition et les groupes de défense des démunis jugent qu'il s'attaque aux fondements mêmes des programmes sociaux qui font la fierté du Canada.

« Paul Martin se conduit comme le propriétaire d'une maison dont le toit coule et la tuyauterie fuit, mais qui décide de rembourser son hypothèque plutôt que d'effectuer les réparations nécessaires. »
- Alexa McDonough, chef du Nouveau Parti démocratique.

 

Mandat du ministère des Finances du Canada

Le ministère des Finances du Canada planifie et prépare le budget du gouvernement fédéral, analyse et conçoit les politiques fiscales et établit des règles et des règlements pour les banques et les autres institutions financières canadiennes sous réglementation fédérale.

Il administre les transferts fédéraux aux provinces et aux territoires.

Il élabore des politiques en matière de finances internationales et participe à la conception des politiques tarifaires du Canada.

 
 

Paul Martin

Autres personnalités