Stephen Harper

Accueil

Les réticences québécoises

Une question d'image

Un Mario Dumont de l'ouest

Hyperliens

Ils ont dit...



«Ceux qui l'ont suivi depuis une dizaine d'années savent que c'est une personne avec des idées assez extrêmes sur toutes les questions économiques, politiques, le fédéralisme et tout»
- John Trent, politologue à la retraite de l'Université d'Ottawa.

 

 

 


Une question d'image

L’image de Stephen Harper, ou du moins celle qu’il a communiquée tout au long de la campagne fédérale, est celle d’un politicien de droite modéré, un politicien peut-être économiquement conservateur, mais pas nécessairement sur le plan social.

 

Pourtant, Stephen Harper admet être personnellement opposé aux mariages entre conjoints du même sexe. S’il soutient qu’un gouvernement conservateur ne chercherait pas à rouvrir les dossiers de la peine de mort et ceux de l’avortement, il ajoute toutefois qu’il tiendrait un vote libre sur ces questions advenant le dépôt d’un projet de loi par un député de la Chambre.

Si l’on ajoute à cela des déclarations controversées sur l’accord de Kyoto et sur le réchauffement climatique, vu par le chef conservateur comme une simple « hypothèse scientifique », et que l’on prend en considération que Stephen Harper est considéré par plusieurs comme le père spirituel de la fameuse Loi sur la clarté référendaire, force est d’admettre que le politicien est certainement moins modéré qu’il ne veut le paraître…