Boris Eltsine

Nouveau prince de l'Église

Accueil

Ascension au sein du Parti communiste

Le début de la fin

La présidence de la Russie

Vers l'autonomie

L'affrontement ouvert

La fin de l'URSS

La Russie de Boris Eltsine

Politique extérieure et intérieure

Un président malade

La résurgence communiste

La ronde des premiers ministres

La crise du Caucase

Boris Eltsine quitte le pouvoir

Hyperliens et bibliographie



JOURNALISTE
Richard Raymond

Il a dit...



« En mettant en oeuvre une action de force sans qu’il y ait eu provocation, les États-Unis et la Grande-Bretagne violent grossièrement la Charte de l’ONU et les principes universellement reconnus du droit international, les normes et règles d’une conduite responsable des États sur la scène internationale.» après l’attaque du 17 décembre 1998 contre l’Irak. »


 

 

Vers l'autonomie

Le lendemain de son élection, Boris Eltsine propose de rendre la fédération de Russie « autonome en tout » dans les 100 jours, tout en souhaitant maintenir le dialogue avec Gorbatchev. S'engage alors une guerre des lois et des compétences avec le pouvoir central communiste. Le congrès de Russie adopte, le 8 juin, un texte proclamant la supériorité des lois russes sur les lois soviétiques, quatre jours avant d'adopter une déclaration de souveraineté. Le 12 juin a lieu la première rencontre entre les présidents des républiques, sous la présidence de Gorbatchev. Boris Eltsine y apporte la déclaration de souveraineté toute fraîche, se plaçant du côté des républiques qui proclament leur indépendance. C'est au cours de cette rencontre qu'est lancée l'idée d'une réforme de l'Union soviétique selon le principe de la « géométrie variable », qui comprenait des « éléments de fédération, de confédération et de communauté », selon les termes d'un porte-parole de Gorbatchev. Moins d'un mois plus tard se tient le 28e congrès du PCUS, qui reconduit le secrétaire général dans ses fonctions. Boris Eltsine rend sa carte du parti.Boris Eltsine quitte le congrès du PCUS après avoir rendu sa carte de membre du parti.

Boris Eltsine quitte le congrès du PCUS après avoir rendu sa carte de membre du parti

Le 19 juillet 1990, le Parlement russe décide de s'approprier les banques et caisses d'épargne, une mesure déclarée aussitôt illégale par le président Gorbatchev.

Le 23, une commission russo-soviétique est mise sur pied pour rédiger un programme économique commun. Elle achève ses travaux cinq semaines plus tard. Les présidents russe et soviétique apparaissent ensemble le 30 août à la télévision pour dévoiler le plan économique conjoint qui doit permettre à l'économie communiste de passer à une économie de marché en 500 jours. Les 100 premiers jours seront consacrés à mettre en place les conditions du changement, et les 100 jours suivants à des privatisations stratégiques. Puis, on prendra 100 jours pour stabiliser la monnaie avant de relancer la demande dans les 100 jours qui suivront, pour enfin consacrer 100 jours au démarrage de la croissance. Eltsine Gorbatchev en juillet 1991.

Eltsine et Gorbatchev en juillet 1991
Le Soviet suprême de Russie adopte ce plan le 12 septembre. Le Soviet suprême d'URSS le rejette, le 16 octobre, en adoptant un plan du premier ministre soviétique Nikolaï Ryjkov.

Le président russe est victime d'un accident de voiture le 21 septembre. Deux jours plus tard, Gorbatchev en profite pour demander à son Parlement de lui accorder des pouvoirs exceptionnels. Le retrait temporaire d'Eltsine de la vie publique favorise les conservateurs.

Pendant tout le mois d'octobre se produit une révolution de palais au Kremlin. Les conseillers de Gorbatchev qui sont partisans de la cohabitation avec Eltsine sont boutés dehors.

L'Union soviétique est en train de se désagréger et le régime soviétique s'attaque sur tous les fronts à la montée des nationalismes. En novembre, Eltsine signe avec l'Ukraine et le Kazakhstan des traités dans lesquels les républiques reconnaissent leur souveraineté respective. Le 17 novembre, Mikhaïl Gorbatchev présente un projet qui vise à lui assurer une majorité automatique contre la Russie et les grandes républiques lors des réunions du conseil de la fédération. Le Soviet suprême de l'URSS adopte ce plan avec enthousiasme.Le Parlement soviétique renforce les pouvoirs du président de l'URSS.

Le Parlement soviétique renforce les pouvoirs du président de l'URSS

Si l'Union soviétique se désagrège, le régime communiste s'effrite malgré toutes ses menées pour garder le statu quo. Le 25 décembre, Gorbatchev fait adopter par le congrès des députés soviétiques le projet d'un nouveau traité d'union sans avoir consulté les républiques. En vertu de ce texte, la souveraineté de l'État est réservée au niveau central. La veille, il a annoncé la tenue d'un référendum sur l'Union sur tout le territoire de l'État soviétique.