Elizabeth Angela Marguerite Bowes-Lyon
La reine mère (1900 - 2002)

Accueil

Un trône innatendu

Voyage, naissance et deuil

Un nouveau rôle: reine mère

Dans la tourmente

Hyperliens



JOURNALISTE
Richard Raymond

On a dit d'elle...



« Je lui parle en français et elle répond toujours sans hésitation dans un français impeccable et sans accent. »
—Un admirateur français qui, pendant 10 ans, a parlé avec la reine mère le jour de son anniversaire

« Je ne peux pas vraiment expliquer pourquoi j’aime autant la reine mère. C’est une dame si charmante. »
—Une admiratrice à l’occasion de son 99e anniversaire

« C’est la grand-mère de la nation, notre mère à tous. »
—Une admiratrice à l’occasion de son 99e anniversaire

 

 

Un nouveau rôle : reine mère

Elizabeth II est couronnée reine le 2 juin 1953

Aussitôt, sa fille aînée, Elizabeth, est proclamée reine. La mort de son mari à 56 ans laisse la reine veuve atterrée. Elle se retire en Écosse, où elle marche pendant des heures dans la lande. Sans rôle clairement défini, elle se laisse aller à la tristesse et à l’abattement. On attribue à Winston Churchill le mérite de l’avoir ramenée à la vie publique en lui assurant qu’elle pourrait jouer le rôle de reine mère, un rôle qu’elle a inventé au fil des ans.

 

À chaque anniversaire de la reine mère, une cérémonie est organisée à l’extérieur de sa résidence londonienne, Clarence House

La reine mère quitte le palais de Buckingham pour faire de Clarence House, dans le parc St. James, sa résidence officielle. Un an plus tard, elle achète le château de Mey, dans le nord-est de l’Écosse, et y passe chaque année les mois d’août et d'octobre. Autrement, elle consacre sa vie aux œuvres de charité et aux activités de représentation.

Au milieu des années 50, on suggère de nommer cette femme aimée de tous gouverneur général du Canada. La reine Elizabeth II met un terme à cette campagne au cours d’une visite au Canada en affirmant que sa mère manquerait beaucoup trop aux Britanniques.

La reine mère lors d'une visite au Canada en 1954

La reine mère est nommée chancelière de l’Université de Londres en 1956, poste qu’elle occupe jusqu’en 1981. En 1958, elle fait un autre tour du monde, s’arrêtant à Montréal, Vancouver, Honolulu, aux îles Fidji et Cocos, à l’île Maurice, en Ouganda et à Malte.

Elle devient grand-mère pour la troisième fois avec la naissance d’Andrew, deuxième fils de la reine Elizabeth II, le 19 février 1960. Moins de trois mois plus tard, elle assiste au mariage de sa deuxième fille, Margaret, avec un photographe roturier, Tony Armstrong-Jones, qui est aussitôt anobli en Lord Snowdon et vicomte Linley.

L’année suivante, sa seconde fille la fait grand-mère pour la quatrième fois en donnant naissance à un fils, David.

En 1964, c’est au baptême de deux autres petits-enfants qu’assiste la reine mère : la reine Elizabeth II donne naissance à un fils, Edward, en mars, tandis que la princesse Margaret accouche d’une fille, Sarah, en mai.

La reine mère ne connaît pas de problèmes de santé avant l’âge de 64 ans. Elle est alors hospitalisée pour la première fois, et subit l'ablation de l’appendice.

Elle visite le Canada, son pays de prédilection, en 1967. Elle y revient en 1974.

Le 20 novembre 1972, elle assiste aux cérémonies soulignant les noces d’argent de sa fille Elizabeth et du prince Philip. Un an plus tard, la reine mère assiste au mariage d’Anne, fille de la reine, avec le capitaine Mark Philipps. C’est le premier de ses petits-enfants à se marier.

La reine Elizabeth II nomme sa mère colonel en chef des services médicaux des Forces armées canadiennes le 13 juin 1977.

La reine mère préside le Rassemblement des clans à Halifax, en 1979

Le 15 novembre 1977, la reine mère franchit une nouvelle étape en devenant arrière-grand-mère. La princesse Anne donne naissance à un fils, Peter.

En 1978, elle devient Lord gardien et amiral des cinq ports et Constable du château de Douvres. Du 26 juin au 2 juillet 1979, elle est au Canada, où elle inaugure à Halifax, en Nouvelle-Écosse, le Rassemblement international des clans, qui réunit des Écossais du monde entier. C’est la première fois que ce rassemblement a lieu hors des frontières de l’Écosse.

Le mariage du prince Charles et de Lady Diana Spencer a fait rêver le monde entier

Du 1er au 6 juillet 1981, elle revient au Canada. À la fin du mois, elle assiste au mariage du siècle, celui de Charles, premier héritier de la couronne britannique, et de Lady Diana Frances Spencer, qui deviendra princesse de Galles.

Le 21 juin 1982, la reine mère peut se réjouir : la succession est assurée par la naissance de William, premier fils du prince et de la princesse de Galles. En novembre, elle subit une intervention chirurgicale. On retire de sa gorge une arête de poisson qui s’y était logée au cours d’un souper dans sa résidence londonienne de Clarence House.

Le 12 juillet 1985, elle entreprend une tournée d’une semaine au Canada, visitant l’Ontario, la Saskatchewan et l’Alberta. À Toronto, cette fervente de course de chevaux assiste, comme à chacune de ses visites dans la Ville Reine depuis 1939, au Queen’s Plate, plus ancienne course dotée d’un prix en Amérique du Nord. Que ce soit dans les Prairies ou en Ontario, elle reste fidèle à son habitude de s’arrêter quelques instants pour échanger quelques mots avec les gens venus la saluer. Le jour de son anniversaire, le 4 août, elle devient la plus vieille tête couronnée encore active dans le monde.

L’année 1986 est surtout marquée par l’intervention chirurgicale qu’elle subit pour un ulcère à la jambe.

La reine mère participe aux célébrations du 125e anniversaire du
régiment des Black Watch

Le concert de louanges qui entoure généralement la reine mère ne sera pas perturbé avant avril 1987. Sa position de première dame patronnesse de la Société royale pour les personnes handicapées mentales est contestée quand on découvre que deux de ses nièces ont été internées dans un asile dans le plus grand secret en 1941. De plus, elles ont été déclarées mortes plus de 20 ans avant qu’elles ne s’éteignent, et leur nom a été rayé de la liste nobiliaire britannique. Pour couronner le tout, on apprend que la reine mère était au courant de ces manoeuvres. Or, un des buts de la société qu’elle préside est d’empêcher les familles de se « débarrasser » de leurs malades mentaux...

Le 4 juin 1987, elle entreprend son 10e voyage au Canada. À Montréal, elle participe aux célébrations des 125 ans du Black Watch, régiment à tradition écossaise qui a participé aux deux guerres mondiales et dont elle est colonel honoraire depuis 50 ans. Elle se rend aussi à Ottawa.