Elizabeth Angela Marguerite Bowes-Lyon
La reine mère (1900 - 2002)

Accueil

Un trône innatendu

Voyage, naissance et deuil

Un nouveau rôle: reine mère

Dans la tourmente

Hyperliens



JOURNALISTE
Richard Raymond

On a dit d'elle...



« Elle était la plus merveilleuse grand-mère qu'on puisse avoir. Pour moi, elle représentait tout et j'ai redouté ce moment. D'une certaine manière, je n'ai jamais pensé que cela arriverait. » — Le prince Charles, à la mort de sa grand-mère, en mars 2002

« C’est la femme la plus dangereuse d’Europe. » — Adolf Hitler, pendant la Deuxième Guerre mondiale

« Elle a rapproché la couronne du peuple.»
—London Times

« À titre d’officier des relations publiques de la monarchie, la reine mère a été superbe.» —William Hamilton, critique acerbe de la monarchie anglaise

« C’est une des plus grandes actrices du royaume. »
—Un admirateur

 

 

Un trône inattendu

Le duc et la duchesse de Windsor

Après 13 ans d'une union heureuse, un événement vient bouleverser la vie du couple : la mort du roi George V en janvier 1936. David lui succède sous le nom d'Edward VIII, mais il abdique le 11 décembre de la même année pour épouser une Américaine divorcée, Wallis Simpson, et devient duc de Windsor.

 

La reine Elizabeth et le roi George VI saluent la foule du
balcon du palais de Buckingham


Albert est aussitôt proclamé roi et choisit de régner sous le nom de George VI. Mais il n'est pas préparé pour ce rôle. Par bonheur, Elizabeth est à ses côtés : c'est une femme rassurante, qui a le génie des relations publiques. Elle est prête à relever le défi quand elle annonce à la gouvernante de ses filles : « Je crains que nos vies ne soient bouleversées. Nous devons l'accepter et en tirer le meilleur parti.

Le couronnement des nouveaux souverains a lieu le 12 mai 1937 en l'abbaye de Westminster. Au moment de son accession au trône, on décerne à la jeune reine l'Ordre de la Jarretière et, le jour du couronnement, elle devient, en tant que reine d'Écosse, la première Lady de l'Ordre du Chardon.

Les nouveaux souverains continuent de visiter les pays du Commonwealth britannique ainsi que d'autres pays. Entre la date de leur couronnement et le début de la Deuxième Guerre mondiale, ils font deux voyages importants : le premier en France, en juillet 1938, et le second au Canada et aux États-Unis, en mai et juin 1939. C'est au cours de ce voyage que les souverains gagnent des appuis pour la guerre, imminente.

 

La Deuxième Guerre mondiale

À la déclaration de la guerre en septembre 1939, le premier ministre de Grande-Bretagne, Winston Churchill, suggère à la reine de s'exiler au Canada avec ses deux filles. La souveraine refuse parce qu'elle tient à partager les difficultés du peuple anglais, et reste en Grande-Bretagne pendant toute la durée du conflit. Elle est au palais de Buckingham lorsqu'il est bombardé, en septembre 1940.

La reine Elizabeth sur les décombes après un raid aérien sur Londres

C'est cet événement qui suscite l'affection des Britanniques pour la reine Elizabeth, sentiment qui s'avérera, au fil des ans, indéfectible. Après les raids aériens, elle accompagne George VI au cours de ses visites des régions lourdement endommagées par les bombardements. Ils visitent ensemble hôpitaux, usines et troupes, et la reine montre qu'elle n'a pas son pareil pour remonter le moral.
La reine Elizabeth sur les décombes après un raid aérien sur Londres


Alors que la guerre consolide l'union du couple royal, elle a raison de la santé fragile du roi. Ce qui ne fait rien pour atténuer la colère de la reine à l'égard du duc de Windsor et, surtout, de Wallis Simpson. Tous ses biographes s'entendent pour dire que c'est la reine, et non le roi, qui a organisé une campagne de dénigrement contre l'Américaine, lui interdisant de porter le titre d'altesse royale et d'être reçue au palais.