Gordon Campbell

Quand un maire devient premier ministre


JOURNALISTE
Florence Meney


 


Le saut en politique provinciale

À la suite de ces années passées comme maire de Vancouver, Gordon Campbell se sent prêt à « faire le saut » dans l'arène politique provinciale, sous la bannière du Parti libéral.

En 1994, il est élu membre de l'assemblée législative provinciale de Colombie-Britannique dans la circonscription de Vancouver-Point Grey lors de l'élection générale.

La même année, il devient chef du Parti libéral.

Il est réélu comme député en 1996, mais échoue dans sa première tentative pour devenir premier ministre de la province.

Le Nouveau Parti démocratique, guidé par son tout nouveau jeune chef, Glen Clark, reprend le pouvoir.

Le 16 mai 2001, Gordon Campbell devient premier ministre élu de Colombie-Britannique.


Les objectifs de Gordon Campbell

Selon le texte du programme des libéraux de la province, 90 jours après avoir été assermenté, un gouvernement libéral formulerait plusieurs projets visant notamment à :

• réduire l'impôt sur le revenu;
• atteindre un budget équilibré en exigeant des budgets équilibrés de la part des ministres et en rendant ceux-ci responsables individuellement de leur budget;
• déclarer l'éducation « service essentiel » selon le Code du travail pour que le droit des enfants à l'éducation ne soit pas compromis par une grève ou un lock-out dans les écoles;
•établir un site web pour encourager les contribuables à rapporter les dépenses gouvernementales inutiles;
•éliminer les caméras-radars dans la province;
• former une commission d'enquête indépendante pour examiner le fiasco des
traversiers rapides;
•établir des périodes précises pour le déclenchement délections par le gouvernement

 

 

Depuis son élection: Janvier 2002:

Jeudi noir en Colombie-Britannique

Le gouvernement libéral de Gordon Campbell annonce qu'il réduira la taille de sa fonction publique de près du tiers d'ici trois ans. 12 000 fonctionnaires provinciaux perdront ainsi leur emploi. Les secteurs les plus touchés sont ceux des transports, des forêts et de l'environnement, qui pourraient perdre jusqu'à 50 % de leurs effectifs.

Le premier ministre justifie ces compressions par la nécessité d'éliminer le déficit annuel de la province d'ici 2004. Par ailleurs, le gouvernement de la Colombie-Britannique resserre les critères d'accès à l'aide sociale pour les personnes aptes au travail. Ainsi, les chefs de famille monoparentale seront incités à se trouver du travail dès que leur plus jeune enfant aura trois ans, comparativement à sept ans à l'heure actuelle.

L'admissibilité aux prestations sera également plus difficile pour les célibataires et les couples aptes au travail. Les versements mensuels seront réduits d'environ 50 dollars pour les personnes de 55 à 64 ans aptes au travail.

Enfin, ceux qui quittent leur emploi et les revendicateurs du statut de réfugié n'auront plus droit à l'aide sociale. .