Paul Bégin



JOURNALISTE
Florence Meney

Mis à jour le
28 octobre 2002

« Je suis en politique pour faire la souveraineté du Québec. »

Élu député de la circonscription de Louis-Hébert aux élections générales, du 12 septembre 1994

Ministre de la Justice, Procureur général, du 26 septembre 1994 au 25 août 1997

Ministre responsable de l'application des lois professionnelles, du 26 septembre 1994 au 25 août 1997

Membre du Comité de législation

Ministre responsable de la région de la Côte-Nord, du 29 janvier 1996 au 15 décembre 1998

Vice-président du Comité de législation, du 29 janvier 1996 au 28 octobre 1998

Ministre de l'Environnement et de la Faune, du 25 août 1997 au 15 décembre 1998

Ministre de l'Environnement, du 15 décembre 1998 au 8 mars 2001

Ministre responsable de la région de Québec, du 15 décembre 1998 au 17 décembre 1999

Membre du Comité ministériel de l'emploi et du développement économique, du 15 décembre 1998 au 8 mars 2001

Membre du Comité ministériel des affaires régionales et territoriales, du 15 décembre 1998 au 5 décembre 2001

Membre du Comité ministériel de la recherche, de la science et de la technologie, du 10 février 1999 au 8 mars 2001

Membre du Comité de législation, du 13 octobre 1999 au 21 juin 2001

Ministre du Revenu, du 10 novembre 1999 au 8 mars 2001

Ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, du 17 décembre 1999 au 21 juin 2001

Ministre de la Justice et Procureur général, depuis le 8 mars 2001

Membre du Comité ministériel du développement social, depuis le 8 mars 2001

Membre du Comité ministériel de la région de Montréal, depuis le 8 mars 2001

Président du Comité de législation, depuis le 21 juin 2001

Source : site de l'Assemblée nationale


 


En bref

  • Né le 15 mai 1943 à Dolbeau, au Québec.
  • Titulaire d'un Baccalauréat ès arts.
  • Il a été reçu au Barreau du Québec en 1969.
  • Ministre au sein du gouvernement péquiste depuis huit ans,
    député de Louis-Hébert.



Le 28 octobre 2002, le ministre de la Justice et Procureur général du Québec, Paul Bégin, lance une véritable petite bombe dans le monde de la politique provinciale en annonçant qu'il démissionne de son poste de ministre de la Justice, Procureur général et ministre responsable de l'application des lois professionnelles. Plus encore, Paul Bégin claque carrément la porte du Parti québécois pour siéger comme député indépendant.

La raison de ce départ : son insatisfaction devant ce qu'il qualifie de valse-hésitation du gouvernement par rapport à la tenue d'un référendum sur la souveraineté. Paul Bégin reproche aussi au gouvernement du Parti québécois de laisser à d'autres le soin de proposer des solutions au problème du déséquilibre fiscal. Le ministre de la Justice n'a pas apprécié non plus que le premier ministre Bernard Landry accepte de nommer un médiateur spécial dans les négociations avec les procureurs de la Couronne, au moment où il était lui-même retenu par la maladie. Il interprète ce geste du premier ministre comme un manque de confiance à son égard.

 

Biographie

Paul Bégin est avocat de formation. Il a exercé ce métier en cabinet privé entre 1969 et 1994, pendant près d'un quart de siècle en fait, avant d'être élu en politique provinciale à l'aube de ses cinquante ans. Cependant, son engagement politique remonte à très loin.

Un souverainiste convaincu

Paul Bégin n'a jamais hésité à afficher clairement ses couleurs souverainistes. Il sera d'ailleurs membre du Rassemblement pour l'indépendance nationale (RIN) en 1961.

C'est en 1970 que Paul Bégin devient membre du Parti québécois. Il est élu pour la première fois comme député de la circonscription de Louis-Hébert aux élections générales du 12 septembre 1994, et il sera réélu le 30 novembre 1998.

Cet homme, que l'on dit bouillonnant et impulsif, a la conviction profonde qu'il faut aller jusqu'au bout de ses idées, en particulier celle de l'accession du Québec à la souveraineté. Pour lui, cela peut signifier aller devant les plus hauts tribunaux du pays pour défendre les intérêts du Québec.


« Est-ce que l'instrument est une poursuite judiciaire, un référendum, une élection, la souveraineté ? On y croit, il faut se battre. [...] Si c'est une arme judiciaire qu'il faut prendre, on la prendra. »

(Le Devoir)


Une longue expérience de ministre

Pendant son premier mandat, il est nommé ministre de la Justice et Procureur général, le 26 septembre 1994. Quand il prend ce portefeuille, il a trois projets en tête : la réforme de l'aide juridique, l'éthique et la probité des administrateurs publics, ainsi que la réforme de la justice administrative.

Paul Bégin sera également ministre responsable de l'application des lois professionnelles, ministre responsable de la région de la Côte-Nord et ministre de l'Environnement et de la Faune.

Lors de son deuxième mandat, Paul Bégin continuera son travail comme ministre de l'Environnement; il sera ministre responsable de la région de Québec et ministre du Revenu, ainsi que ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale. En mars 2001, le premier ministre lui donne de nouveau le portefeuille de la Justice.

 

Un tempérament bouillonnant :
Alors ministre du Revenu,
Paul Bégin reconnaît avoir menacé la députée libérale Diane Leblanc au sortir d'un débat sur l'un de ses projets de loi. (décembre 2000)

 

Il aura servi sous trois premiers ministres

 

Sa position et son action politique dans quelques grands dossiers :

Le déséquilibre fiscal :
Paul Bégin estime que le Québec est victime d'une grande injustice dans la redistribution de l'argent des contribuables et que, sur cette question comme sur plusieurs autres, la province doit se battre pour obtenir sa juste part. Il n'hésiterait pas à avoir recours aux tribunaux pour faire valoir ce qu'il estime être les droits fondamentaux des Québécois.

 

« Je ne vois pas pourquoi, tant et aussi longtemps qu'on sera à l'intérieur de ce pays, on ne prendrait pas les moyens pour obtenir ce que l'on veut. Ce n'est pas nier notre objectif, c'est juste se donner le temps de l'atteindre et, entre-temps, de faire en sorte que les Québécois ne souffrent pas de ce que le fédéral nous impose. »

(Paul Bégin, en entrevue dans le quotidien Le Devoir)

 

Loi sur les jeunes contrevenants :
L'ex-Procureur du Québec a clairement revendiqué le droit du Québec de conserver ses propres règles et refuse le durcissement amorcé par Ottawa en matière de délinquance juvénile, durcissement qui s'est incarné dans le projet de loi C-7. Il croit que la société québécoise ne souhaite pas adopter une attitude coercitive envers les jeunes qui commettent des crimes.

 


« Toute décision doit être prise dans l'intérêt supérieur de l'enfant. Or, lorsque vous n'avez aucune possibilité autre que d'appliquer une sanction, parce que la loi vous dit que vous devez faire ça, vous n'êtes pas dans la capacité de tenir compte de l'intérêt supérieur de l'enfant, adapté aux circonstances particulières de cet enfant, dans le contexte dans lequel il est, par rapport à ce qu'il a commis et à son environnement. » (2001)


Les questions autochtones :
Selon Paul Bégin, les ententes avec les Cris, les Inuits et les Innus vont aider au développement hydroélectrique et économique de la province et être bénéfiques aux premières nations. Il veut favoriser une « réconciliation » avec les peuples autochtones, comme le témoigne cet extrait d'une entrevue accordée au journal Le Devoir :


« Les communautés autochtones sont parties intégrantes de ce que nous sommes. Il y a eu une rupture qui s'est produite il y a 75 ans en raison de l'attitude du gouvernement fédéral, qui a voulu mettre les autochtones à part et les priver de leur milieu de vie. Ils ont été mis dans une position tout à fait inacceptable. [...] Notre projet à nous, de faire du Québec un pays, ne peut pas être une négation de ce que les autres sont. »

 


La première union civile homosexuelle de l'histoire du Québec a été célébrée cet été au Palais de justice de Montréal.

L'union civile des conjoints de même sexe :
L'un de ses grands dossiers et qu'il a vu aboutir en juin 2002 par l'adoption de la loi 84 sur l'union civile par l'Assemblée nationale. Cette loi a ouvert la voie au mariage entre deux personnes de même sexe en contournant la législation fédérale. Elle accorde ainsi certaines protections aux conjoints de même sexe, notamment en ce qui touche au patrimoine familial, à la résidence familiale, à la succession et au régime d'assurance-vie.

La loi reconnaît aussi l'adoption et précise les règles de filiation des conjoints sur l'acte de naissance d'un enfant.

Paul Bégin a d'ailleurs reçu le prix Arc-en-ciel de la Fierté gaie 2002 pour ce travail.


« Avec l'union civile, on sort de ce qu'on est pour aller plus loin. On part d'une discrimination pour donner les droits égaux. C'est avant-gardiste, mais dans dix ans, ce sera intégré, voire peut-être même rétrograde », déclare-t-il.

Toutefois, les couples homosexuels ne peuvent toujours pas convoler en justes noces car le code civil ne reconnaît pas le mariage entre deux personnes du même sexe.

 

L'encadrement du lobbyisme :
L'Assemblée nationale du Québec a adopté en juin 2002 le projet de loi sur le lobbyisme, projet de loi dont Paul Bégin est le parrain. Celui-ci estime que le monde politique gagne en transparence, maintenant que des règles claires régissent les activités des groupes de pression. En vertu de la nouvelle loi, les syndicats et les ordres professionnels devront s'enregistrer comme lobbyistes pour certaines de leurs activités. La négociation collective n'est cependant pas incluse dans ces activités. En outre, il sera interdit de rémunérer les lobbyistes au pourcentage.




 

Tiré du site des nouvelles de Radio-Canada

Le conflit des procureurs de la Couronne dans l'impasse
18 octobre 2002

Le ministre Bégin préconise des changements importants
28 septembre 2002

La loi sur l'union civile des conjoints de même sexe adoptée à l'unanimité
8 juin 2002

L'adoption de la Loi sur les jeunes contrevenants : un affront, selon Paul Bégin
5 février 2002

 

Hyperliens

Ministère de la Justice du Québec

Barreau du Québec

Secrétariat aux Affaires autochtones du Québec

Gouvernement du Québec

Parti québécois

 



Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.