Félix Leclerc

Le roi heureux, le fou de l'île, le chanteur engagé

Accueil

La consécration française

Félix et l'engagement politique

Hyperliens



JOURNALISTE
Jean-Philippe Cipriani

Félix et l'engagement politique

Les événements de la crise d'octobre, en 1970, bouleversent profondément Félix Leclerc, et les thèmes abordés par son écriture prennent une teinte plus politique; l'année suivante, il chante L'alouette en colère. Le disque du même titre sortira en 1973. Il donne aussi son appui au mouvement d'indépendance, qui prend de l'ampleur au Québec.

Le 13 août 1974, dans le cadre de la Superfrancofête sur les plaines d'Abraham, Félix Leclerc participe au spectacle J'ai vu le loup, le renard, le lion avec Gilles Vigneault et Robert Charlebois. Plus de 120 000 spectateurs assistent au rendez-vous de ces trois générations de chansonniers, et le spectacle est immortalisé sur disque.

Lors de la victoire du Parti québécois en 1976, Félix Leclerc célèbre l'événement à Paris en compagnie de Pauline Julien et Raymond Lévesque. Trois ans plus tard, il publie dans le magazine L'Actualité un texte incitant les lecteurs à voter en faveur de l'indépendance.

Toujours en 1979, en recevant le Grand Prix spécial de l'ADISQ, il accepte de prêter son prénom aux trophées remis aux artistes de la chanson québécoise, les Félix.

La défaite au référendum sur la souveraineté-association, le 20 mai 1980, est une grande déception pour Félix Leclerc, que le premier ministre René Lévesque avait choisi pour annoncer le résultat aux militants réunis au centre Paul-Sauvé en cas de victoire. De 1980 à 1984, il vit en retrait sur ses terres de l'île d'Orléans.

 Le Point - 1981
Entrevue de Denise Bombardier avec Félix Leclerc à l'occasion du jour de l'An

En juin 1982, l'Université Laval lui décerne un doctorat honoris causa. Trois ans plus tard, il reçoit des mains de René Lévesque l'un des premiers insignes de l'Ordre national des Québécois, créé par le gouvernement de l'époque. En 1986, c'est la France qui le fait chevalier de la Légion d'honneur au consulat de Québec. Le chanteur Jacques Bertin lui consacre également une biographie, publiée sous le titre Le roi heureux.

En 1987, à la mort de René Lévesque, Félix Leclerc est chargé de rédiger son épitaphe. De l'ex-premier ministre, il écrit : « La première page de la vraie histoire du Québec vient de se terminer. Dorénavant, il fera partie de la courte liste des libérateurs de peuples. »

Des problèmes cardiaques ralentissent Félix Leclerc plus tard dans l'année, mais il projette néanmoins, en 1988, de mettre sur pied une fondation qui viendrait en aide aux jeunes débutants de la chanson. Ce sera toutefois à d'autres de reprendre le flambeau.

Le 8 août 1988, à 8 h du matin, Félix Leclerc s'éteint dans son sommeil à sa résidence de l'île d'Orléans. Le Québec est en deuil, mais la famille du poète refuse des funérailles nationales. Félix Leclerc sera inhumé à l'île d'Orléans.

Discographie :
  • Félix Leclerc chante ses derniers succès sur disque (1951)
  • Félix Leclerc chante (1957)
  • Félix Leclerc et sa guitare (1958)
  • Félix Leclerc et sa guitare vol. 2 (1959)
  • Félix Leclerc et sa guitare vol. 3 (1959)
  • Les nouvelles chansons de Félix Leclerc (1959)
  • Le roi heureux (1962)
  • Félix Leclerc vous propose 14 nouvelles chansons (1964)
  • Mes premières chansons (1964)
  • Moi mes chansons (1966)
  • La vie (1967)
  • L'héritage (1968)
  • Félix Leclerc dit pieds nus dans l'aube (1969)
  • J'inviterai l'enfance (1969)
  • Félix Leclerc chante pour les enfants (1970)
  • L'alouette en colère (1972)
  • J'ai vu le loup, le renard, le lion (1974) Avec Robert Charlebois et Gilles Vigneault
  • Félix Leclerc (1975)
  • Le tour de l'île (1975)
  • Merci la France (1975)
  • Le temps d'une saison (1976) Avec Claude Léveillé
  • Mon fils (1978)
  • Le bal (1979)
  • Mouillures (1979)
  • Prière bohémienne (1979)
  • La légende du petit ours gris (1979)
Et plusieurs compilations sorties après sa mort