100 jours de massacres Justice et pardon Hyperliens et références

 

Génocides et massacres génocidaires (liste non exhaustive)

1904 : Massacre des Herero par les Allemands en Namibie.

1915-1916 : Génocide arménien organisé par les Jeunes turcs de l’Empire ottoman.

1932-1933 : Génocide par la famine en Urkraine, sous le régime stalinien de l’ex-URSS.

1941-1944 : Génocide juif et tzigane en Europe occupée par les nazis.

1946-1947 : Massacres croisés entre hindous et musulmans au cours de la partition en Inde.

1955-1972 : Massacres génocidaires au cours de la guerre civile menée par le Nord contre le Sud au Soudan.

1959-1966 : Massacres et déportations au Tibet par l’armée chinoise.

1965-1990 : Massacres de paysans indiens au Guatemala.

1965-1968 : Anéantissement des tribus indiennes du Mato-Grosso, au Brésil.

1968-1970 : Destruction des Indiens Aché au Paraguay.

1971 : Massacre génocidaire perpétré contre les hindous par l’armée pakistanaise au Bengladesh.

1971-1978 : Massacres en Ouganda perpétrés sur l’ordre d’Idi Amin Dada.

1972 : Massacre génocidaire des Hutus ordonné par le gouvernement du Burundi.

1975-1979 : Génocide cambodgien organisé par les Khmers rouges.

1988-1991 : Programme génocidaire conduit contre les Kurdes d’Irak par le gouvernement de Saddam Hussein.

1992-1993 : Épuration ethnique conduite par les Serbes de Bosnie contre les musulmans.

L'humanité meurtrière

Les théoriciens ne s'entendent pas sur ce qu'on doit nommer meurtre collectif, massacre génocidaire, crime contre l'humanité ou génocide proprement dit. À différentes époques, et un peu partout sur la planète, des nations ou groupes ethniques ont été ciblés pour être détruits. Le recours à cette solution extrême est plus fréquent qu'on pourrait l'imaginer.

Au 20e siècle, l'humanité a connu le génocide des Arméniens, puis des Juifs et tziganes. Vinrent ensuite les massacres systématiques au Cambodge, en Yougoslavie et au Rwanda. Ce ne sont que quelques-uns des génocides de la modernité. Et il serait difficile de passer sous silence le massacre des Indiens d'Amérique centrale et du Sud, qui reste le plus grand massacre de l'histoire de l'humanité. En moins de 2 siècles, on estime que de 70 à 80 millions de personnes sont mortes sous les armes des conquistadores, ravagées par les maladies importées d'Europe ou tuées au travail alors qu'elles étaient réduites à l'esclavage.

Prévenir de nouveaux génocides

Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, la communauté internationale a pris certains engagements pour empêcher que de telles tragédies se reproduisent. En 1948, l'ONU s'est dotée d'un texte de loi qui oblige les États à intervenir dès lors qu'un génocide est identifié. Mais depuis que les Nations unis ont admis que le génocide concernait l'humanité entière, le génocide tutsi est le premier à avoir été reconnu... après les faits.

Le TPIR définit le génocide comme étant :

« L'un quelconque des actes ci-après, commis dans l'intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux:
a) meurtre de membres de groupe; b) atteinte grave à l'intégrité physique ou mentale de membre du groupe; c) soumission intentionnelle du groupe à des conditions d'existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle; d) mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe; e) transfert forcé d'enfants du groupe à un autre groupe. »

Au Rwanda, la communauté internationale a failli. Les dirigeants de l'ONU, les États-Unis et la Belgique ont présenté leurs excuses, mais les faits demeurent. Que des massacres ethniques se préparaient était connu bien avant le 7 avril 1994, date qui a marqué ce qu'on a fini par appeler un génocide. Alors que l'« épuration » battait son plein, les principaux acteurs au Conseil de sécurité n'ont pas voulu réagir.

Lors d'une conférence commémorative marquant le dixième anniversaire du génocide, l'ancien responsable des forces de paix en 1994 et actuel secrétaire général de l'ONU a tenu à rappeler que « la communauté internationale n'avait pas été à la hauteur au Rwanda ».

Kofi Annan a demandé à la population du monde entier d'observer une minute de silence, à midi, le 7 avril.

 

Suite 

 

Les racines de la haine| 100 jours de massacres |
Justice et pardon| L'humanité meurtrière | Hyperliens et références