Journaliste: Bruno Maltais

UN POUMON POUR L’ÉCONOMIE

 

Le port de Montréal génère des retombées de 1,5 milliard de dollars dans l’économie canadienne, dont un milliard au Québec. Plus de 18 000 emplois dépendent de l’activité maritime et portuaire de Montréal.

 

Devant la popularité grandissante des croisières, Montréal veut se tailler une place de choix dans l’itinéraire des navires de plaisances.

 

En croisière à Montréal : le reportage de Francis Labbé

 

 

À 1600 kilomètres à l’intérieur des terres, le port de Montréal offre la route maritime la plus courte entre l’Europe et les marchés du centre du Canada et du Midwest américain.

 

 

En raison de son emplacement de choix, “on peut dire que le port de Montréal est le port de Chicago”, dit avec une pointe d'humour Jean-Paul Lejeune, directeur des communications de l'Administration portuaire de Montréal.

 

 

Le port, pas seulement une affaire de bateaux

En plus de sa position géographique avantageuse, le port de Montréal a développé un système de transport intermodal qui minimise le temps de transit des marchandises.

Les voies ferrées sur les quais, à quelques mètres des navires, permettent de transborder près de la moitié des cargaisons directement sur les convois ferroviaires, qui partent ensuite vers les différents marchés nord-américains sur les réseaux du CN et du CP. Des camions, qui ont accès aux terminaux, s’occupent de l’autre moitié de la marchandise.

 

 

Chaque semaine, 80 convois ferroviaires passent par le port de Montréal.
Photo: iStockphoto



Quelque 2500 camions font le va-et-vient quotidiennement.
Photo: Luc Lavigne

 

Des accès congestionnés

L’importante activité portuaire entraîne une lourde circulation routière aux différentes entrées des terminaux. Pour désengorger la rue Notre-Dame, qui longue le port, l'Administration portuaire de Montréal demande l’aménagement d’une nouvelle sortie sur l'autoroute 25, à la hauteur de la rue Boucherville, qui amènerait tous les camions au port, et une voie de sortie unique, à l'ouest de la rue Dickson, pour aller directement à l'autoroute 25.

 

Congestion au port de Montréal, le reportage de Patrice Roy

 

Bien que la Ville de Montréal soit favorable au projet, il n’existe aucun échéancier, ni budget pour l’aménagement de nouveaux accès à l’autoroute 25. De son côté, l'Administration portuaire de Montréal a néanmoins commencé la construction d'un projet de guérites d’entrée automatisées près de la rue Boucherville afin de faciliter la circulation au port. Le nouveau système devrait être en service au printemps 2011.

 

En 2007, une firme mandatée par le port proposait de créer une entrée commune pour tous les camions, avec une série de guérites automatisées pour accéder aux différents terminaux à conteneurs.
Photo: Luc Lavigne

 

Faciliter l'accès routier au port, moderniser les terminaux, augmenter la capacité de transit des conteneurs; les projets ne manquent pas pour améliorer les installations portuaires de la métropole québécoise.

 

Selon la PDG de Logistec Corporation, une importante entreprise de manutention présente dans plusieurs ports en Amérique du Nord, des investissements majeurs sont nécessaires pour que le port de Montréal demeure compétitif. Congestion au port de Montréal: le reportage de Patrice Roy

 

 

>>> LE PARCOURS D’UN CONTENEUR