La mondialisation

La mondialisation
• Enjeux
 
Le défi des Amériques
Les sommets des Amériques
Les sommets et forums mondiaux
Les sommets du G8
Références
Emploi et normes sociales

Travailleur d'une usine de voiture


Paysan thaïlandais


Depuis une vingtaine d'années, les mutations du marché de l'emploi ont touché un grand nombre de travailleurs des pays développés.

Pour les partisans de la mondialisation, les taux de chômage élevés dans ces pays sont attribuables à un manque de flexibilité du marché de l'emploi. « L'ajustement insuffisamment souple à la concurrence mondiale peut être considéré comme l'un des principaux facteurs de l'accroissement du chômage structurel en Europe continentale », peut-on lire dans le Rapport sur les négociations commerciales multilatérales présenté au gouvernement de la France par Catherine Lalumière et Jean-Pierre Landeau.

À l'inverse, les opposants à la mondialisation pensent que la libéralisation des marchés est à l'origine des pertes d'emplois massives et du taux de chômage important qui en a résulté dans les pays développés. Ils accusent notamment les entreprises multinationales de profiter de l'ouverture des marchés pour déménager leurs activités où les salaires sont les moins élevés.

« Traiter le chômage de longue durée et trouver des moyens de diminuer le pourcentage de la population active non qualifiée qui, à ce titre, se trouve en concurrence avec la main-d'oeuvre non qualifiée du monde entier, telles sont les questions urgentes que doivent aborder les pouvoirs publics des nations développées », fait valoir à cet égard le Rapport sur les négociations commerciales multilatérales.

Les opposants à la mondialisation cherchent à préserver les acquis sociaux (assurance-chômage, universalité des soins de santé, etc.) et réclament des garanties de protection sociale. Ils luttent également pour une harmonisation des normes du travail entre les pays participant aux accords de libre-échange. Les normes fondamentales du travail reconnues par l'OIT incluent la liberté d'association, l'élimination du travail forcé et l'abolition du travail des enfants. Pour les opposants à la mondialisation, les normes sociales doivent être négociées et incluses dans les accords commerciaux internationaux.

De leur côté, les partisans de la mondialisation sont farouchement opposés à cette idée. D'abord, ils conçoivent les normes sociales comme des mesures protectionnistes faisant obstacle au libre-commerce.

« Dans bien des cas, l'exigence du respect de normes sociales dans le commerce international n'est pas fondée sur la solidarité avec les travailleurs exploités des pays pauvres, mais vise essentiellement à protéger les emplois bien payés des pays avancés contre la concurrence des économies à faibles salaires. Les pays en développement feraient les frais de cette "protection sociale", puisqu'ils verraient diminuer leurs chances de pouvoir s'intégrer à l'économie mondiale, mais aussi les consommateurs des pays développés puisque le prix des importations augmenterait », peut-on lire encore dans le rapport de Catherine Lalumière et Jean-Pierre Landeau.

Ensuite, les partisans de la mondialisation pensent que les institutions internationales à vocation commerciale, comme l'OMC, doivent limiter leurs compétences aux questions qui relèvent strictement de la sphère économique. Les normes sociales sont ainsi renvoyées devant un organisme tel que l'OIT. Dans le jargon, c'est ce qu'on appelle le « respect du principe de spécialisation ». « En mélangeant commerce et questions morales et sociales, on fait le jeu du protectionnisme », écrit dans le magazine Courrier international Jagdish Bhagwati, économiste indien qui enseigne à l'Université Columbia.

Haut de page


Chômeurs

Pour les partisans de la mondialisation, les taux de chômage élevés dans les pays développés depuis vingt ans sont attribuables à un manque de flexibilité du marché de l'emploi.

File de chômeurs en Russie

Pour les opposants à la mondialisation, la libéralisation des marchés est à l'origine des pertes d'emplois massives et du chômage qui en a résulté dans les pays développés.

Manifestation de chômeurs en France


 

Error processing SSI file