La mondialisation

Le défi des Amériques
• Une coopération nouvelle
 
Le défi des Amériques
Les sommets des Amériques
Les sommets et forums mondiaux
Les sommets du G8
Références

Sommet des Amérique en 2001

L'idée d'une union entre les pays des Amériques n'est pas nouvelle. L'homme d'État sud-américain Simon Bolivar avait proposé une confédération des nations hispano-américaines lors du congrès panaméricain de Panama, en 1826. Son projet ne vit jamais le jour, mais son idée lui aura survécu.

C'est en décembre 1994 que le président des États-Unis, Bill Clinton, propose l'établissement d'une zone de libre-échange des biens, des services et des capitaux « de la terre de Baffin à la terre de Feu ». Lors de ce premier Sommet des Amériques, les chefs d'État et de gouvernement des 34 pays souverains du continent, à l'exclusion de Cuba, conviennent de « promouvoir la prospérité en favorisant l'intégration économique et le libre-échange ».

Les participants décident de mettre en marche un processus visant à créer une zone de libre-échange des Amériques (ZLEA), appelée Free-Trade Area of the Americas (FTAA) en anglais, d'ici 2005. L'enjeu est de taille : le marché des Amériques comprend 800 millions d'habitants et affiche un produit intérieur brut (PIB) de près de 11 billions (11 000 milliards) de dollars américains. Une fois libéralisé, ce marché constituerait la zone franche la plus importante du monde. La ZLEA servirait par ailleurs à consolider les régimes de libre-échange que le Canada a déjà établis avec les États-Unis, le Mexique et le Chili.


Quelques chiffres sur les Amériques

75 % de la richesse des Amériques appartient aux États-Unis, 6 % au Brésil, 5 % au Canada et 4 % au Mexique. Les 10 % restant sont répartis entre 31 pays.

L’Américain moyen est 27 fois plus riche que l’Haïtien moyen.

Seulement 6 des 34 pays du continent américain ont un PIB par habitant supérieur à 10 000 dollars américains.

Près de la moitié des ménages d’Amérique latine et des Antilles, soit plus de 200 millions de personnes, vivent sous le seuil de la pauvreté.

 

Un nouveau système de coopération interaméricaine

Le premier Sommet des Amériques, qui s'est tenu à l'instigation de l'Organisation des États américains (OEA) à Miami, en 1994, marquait le retour des rencontres interaméricaines. Les 34 chefs d'État et de gouvernement des Amériques, à l'exception de Fidel Castro (Cuba), se réunissaient en effet pour la première fois depuis la réunion de Punta del Este, en Uruguay, en 1967.

Ce premier sommet s’est conclu par l’adoption d’une déclaration de principes et d’un plan d’action prévoyant la mise en place d’une zone de libre-échange des Amériques (ZLEA) d’ici 2005.

Un deuxième Sommet des Amériques s'est déroulé à Santiago, au Chili, du 18 au 19 avril 1998. À cette occasion, les chefs d'État et de gouvernement ont discuté de plusieurs thèmes et demandé à leurs ministres du commerce d'entreprendre les négociations de la ZLEA afin de conclure un accord d'ici 2005.

Le troisième Sommet des Amériques s'est tenu à Québec du 20 au 22 avril 2001. Officiellement, les thèmes de ce sommet étaient le renforcement de la démocratie, la création de la prospérité et la réalisation du potentiel humain. Dans les faits, l'enjeu principal de cette rencontre aurait plutôt été les négociations sur la ZLEA.

Tous les secteurs qui ont déjà été négociés dans le cadre d'autres accords de libre-échange sont sur la table de négociation de la ZLEA. De nouveaux secteurs, comme l'investissement, les services (santé, éducation, etc.) et la politique de concurrence, font aussi l'objet de négociations. Une fois négocié, l'accord de la ZLEA respectera les règles de commerce déjà établies dans les accords de l'OMC.

En plus des sommets des Amériques, le fonctionnement du processus de négociation de la ZLEA comprend des réunions des ministres du commerce, un comité des négociations commerciales, neuf groupes de négociation et trois groupes consultatifs. Comme l'indique le schéma ci-dessous, les organisations régionales tels l'OEA et le Forum des gens d'affaires des Amériques prennent également part à ce processus.


 

Haut de page



Au premier Sommet des Amériques, les chefs d’État et de gouvernement des 34 pays souverains du continent conviennent de promouvoir la prospérité en favorisant l’intégration économique et le libre-échange.


Forum des gens d'affaires des Amériques (ABF)


L'enjeu est de taille : le marché des Amériques comprend 800 millions d'habitants et affiche un produit intérieur brut (PIB) de près de 11 billions (11 000 milliards) de dollars américains. Une fois libéralisé, ce marché constituerait la zone franche la plus importante du monde.

 

Error processing SSI file