Retour à l'accueil

Situation canadienne

  Introduction
  Un défi important

  La question économique

  
Le plan fédéral de mise en œuvre

  Le débat politique
  Les points de vue des provinces
   

Genèse de Kyoto

  Kyoto
  La Haye

  
Le retrait des États-Unis

  Bonn
  Marrakech
 

Changements climatiques
  Un phénomène naturel
  Les gaz à effet de serre

  
Le réchauffement planétaire

  Les conséquences

Accords internationaux
  Déclaration de Stockholm
  Le Sommet de Rio
  Le Sommet de Johannesburg   Écologie politique


 


 

 


Le contre-sommet de la Terre

Comme dans toutes les autres grandes rencontres internationales, les ONG ont organisé un sommet parallèle pour faire entendre leurs voix au Sommet des Nations unies et essayer d'influencer les décisions qui devaient y être prises.

À Johannesburg, environ 7000 organisations écologistes, telles que Greenpeace ou les Amis de la Terre, ainsi que des associations issues de la société civile, se sont donné rendez-vous au Nasrec, un important complexe sportif situé à 15 kilomètres au sud-ouest de Johannesburg. L'ouverture du contre-sommet a eu lieu lundi 19 août et plusieurs activités se sont tenues durant la semaine précédant l'ouverture officielle du Sommet de la Terre.

Trois organisations écologistes ont organisé une soirée des « Oscars verts », sur le mode hollywoodien, qui s'est déroulée le vendredi 23 août. Les États-Unis ont récolté le trophée du « meilleur second rôle gouvernemental » pour avoir « défendu avec constance les intérêts des multinationales dans les négociations sur l'environnement ». Les géants pétroliers BP, ExxonMobil et Shell ont pour leur part été récompensés « pour l'ensemble de leur œuvre sur une décennie ». Les ONG voulaient ainsi dénoncer l'hypocrisie et la propagande verte de ces multinationales, qui « dépensent davantage pour la publicité de leurs projets écologiques que pour les projets eux-mêmes ».

L'organisation écologiste Greenpeace a mené une opération commando contre la seule centrale nucléaire sud-africaine à Koeberg, à 20 kilomètres au nord du Cap. Six militants ont escaladé le toit d'un des deux réacteurs de la centrale pour y déployer d'énormes banderoles jaunes où l'on peut lire : « Le nucléaire hors d'Afrique ». Au terme de cette opération, ils ont été arrêtés avec six autres compagnons et inculpés de violation de la loi sur les zones de sécurité sensible.

Le même jour, 400 militants antimondialisation ont effectué une marche non autorisée dans le centre de Johannesburg pour réclamer la libération de 93 camarades arrêtés un peu plus tôt cette semaine. L'auteure canadienne Naomi Klein figurait parmi les manifestants.

Une grande marche rassemblant toutes les ONG vers le site officiel du Sommet, qui se tient dans le quartier cossu de Sandton, s'est déroulée le 31 août.

Les ONG ont également préparé un « programme 21 » (pour XXIe siècle) qu'ils ont soumis aux dirigeants réunis à Johannesburg. Ce programme 21 fait écho au programme Action 21 élaboré au premier Sommet de la Terre, qui s'est tenu à Rio de Janeiro en 1992.



Page suivanteHaut de pagePage précédente