Retour à l'accueil




Changements climatiques

Les gaz à effet de serre

Aujourd'hui, on pense que le réchauffement planétaire pourrait être causé par des concentrations trop élevées de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, en particulier de dioxyde de carbone (CO2) et de méthane (CH4). Les études scientifiques ont en effet démontré qu'au cours des 160 000 dernières années, il y a toujours eu un lien très étroit entre les changements de température sur la planète et les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère. Autrement dit, plus ces concentrations augmentent, plus l'effet de serre naturel s'intensifie.

Ainsi, on a observé que la température moyenne à la surface de la Terre a augmenté de 0,3 à 0,6 degré Celsius au cours des 100 dernières années. La Terre aurait connu un réchauffement jusqu'au début des années 1940, puis un léger refroidissement jusqu'au milieu des années 1970, suivi d'un nouveau réchauffement assez prononcé qui s'est poursuivi tout au long des années 1980. Les dix dernières années du XXe siècle ont été les plus chaudes du siècle, en particulier les années 1997 et 1998.

Source : L'abc du réchauffement planétaire -
La variabilité par rapport à l'évolution réelle

Les concentrations de gaz à effet de serre ont elles aussi considérablement augmenté depuis le début de la révolution industrielle. Ainsi, les concentrations de dioxyde de carbone dans l'atmosphère sont passées d'environ 280 parties par million (ppm) à plus de 360 ppm en 1996. Environ 60 % de l'augmentation de CO2 est survenue depuis 1958, coïncidant avec l'expansion rapide de l'économie industrielle à base de combustion fossile. Les concentrations de méthane ont plus que doublé tandis que la quantité d'oxydes nitreux présents dans l'atmosphère a augmenté de 8 %.

De plus, la population mondiale est passée de 600 millions de personnes au début du XVIIIe siècle à plus de cinq milliards aujourd'hui.

La plupart des gaz à effet de serre sont produits naturellement, mais la révolution industrielle en a créé de nouveaux. Les principaux sont :

Vapeur d'eau (H2O) : La vapeur d'eau est produite naturellement par la respiration, la transpiration et l'évaporation. La quantité de vapeur d'eau dans l'atmosphère augmente au fur et à mesure que la température à la surface de la Terre augmente.

Dioxyde de carbone (CO2) : Le dioxyde de carbone est produit par la décomposition de certaines matières, la respiration des plantes et des animaux, ainsi que la combustion de certains matériaux. Le CO2 disparaît dans l'atmosphère par photosynthèse ou est absorbé par les océans. Il est le deuxième en importance dans l'atmosphère, après la vapeur d'eau.

Méthane (CH4) : Le méthane est produit par la décomposition de certaines matières en l'absence d'oxygène. Les sources principales de méthane sont les marécages, les rizières, les processus de digestion des animaux, l'extraction des combustibles fossiles et la décomposition des ordures. Il retient plus efficacement la chaleur que le dioxyde de carbone, même s'il est moins présent en quantité dans l'atmosphère.

Oxyde nitreux (N2O) : Les sols et les océans sont les principales sources naturelles d'oxyde nitreux. Les humains contribuent aux émissions d'oxyde nitreux par l'utilisation de plus en plus intensive d'engrais agricoles et azotés, la production de nylon, la combustion de matières organiques et de combustibles fossiles.

Ozone (O3) : L'ozone est naturellement présent, en quantités limitées, dans la basse atmosphère. Il peut également y être produit par une réaction entre des polluants d'origine humaine et la lumière solaire.

Halocarbures : Les halocarbures sont des composés chimiques qui contiennent du carbone et des éléments appartenant à la famille des halogènes, comme le brome, le chlore et le fluor. Leur capacité de rétention de la chaleur est parmi les plus élevées. Les halocarbures sont le produit d'activités industrielles et domestiques. Les chlorofluorocarbures (CFC) sont les plus connus.

 

Page précédente Haut de page Page suivante