Retour à l'accueil


Il existe une certaine confusion entre les termes « temps » et « climat ». Le climat englobe l'ensemble des conditions météorologiques qui constituent le temps, dont la température, les précipitations et les vents. C'est en quelque sorte un « temps moyen » observé dans un lieu donné.

Le phénomène de l'effet de serre s'amplifie de lui-même : le réchauffement planétaire amplifie le phénomène d'évaporation, ce qui crée davantage de vapeur d'eau dans l'atmosphère, ce qui amplifie à son tour l'effet de serre et ainsi de suite.

 


Changements climatiques

Les changements climatiques sont un phénomène naturel. Depuis sa formation, la Terre a connu de nombreuses périodes de réchauffement et de refroidissement.

Un phénomène naturel

Au cours des 800 000 dernières années, il semble que des températures extrêmement basses se soient produites à des intervalles d'environ 100 000 ans. Chacune de ces périodes glaciaires aurait été suivie d'un réchauffement considérable de 4 à 6 degrés Celsius. Ces périodes interglaciaires ont duré de 10 000 à 20 000 ans.

Par ailleurs, on estime que des fluctuations de températures moins importantes, mais plus fréquentes, se sont produites à des intervalles de 20 000 à 40 000 ans à l'intérieur de ce cycle de 100 000 ans.

La dernière période glaciaire sur la Terre a eu lieu il y a environ 10 000 ans. Les températures moyennes étaient à l'époque de 4 à 5 degrés Celsius inférieures à celles d'aujourd'hui. Actuellement, nous nous trouvons dans une période interglaciaire.

Les scientifiques ont formulé de nombreuses théories pour expliquer ces changements climatiques naturels, mais il semble que les fluctuations entre les périodes glaciaires et interglaciaires aient été provoquées par les changements d'orbite de la Terre autour du Soleil.

Le climat de la Terre est le résultat d'une interaction complexe entre le Soleil, la Terre, la mer, l'air et la calotte glaciaire, mais aussi entre la flore, la faune et les autres formes de vie. Il dépend, en définitive, de la façon dont l'atmosphère redistribue l'énergie du Soleil.

Cette énergie solaire parcourt environ 150 millions de kilomètres dans l'espace avant d'atteindre l'atmosphère terrestre. Même si certains rayons s'échappent instantanément dans l'espace, la moitié de ce rayonnement solaire de courtes longueurs d'ondes traverse l'atmosphère et arrive à la surface de la planète. Les objets qui se trouvent à la surface l'absorbent et se réchauffent.

Ensuite, ces objets renvoient dans l'atmosphère un rayonnement de longueurs d'ondes plus grandes, qu'on appelle rayonnement infrarouge. Certains gaz à effet de serre présents dans l'atmosphère absorbent une partie du rayonnement infrarouge et le renvoient à la surface de la Terre.

L'atmosphère s'apparente en effet à une serre qui laisse entrer une grande quantité d'énergie solaire, mais n'en laisse qu'une partie s'échapper immédiatement dans l'espace. En retenant la chaleur dans la basse atmosphère, l'effet de serre permet à la vie de se développer sur Terre. En empêchant une partie du rayonnement infrarouge de s'échapper dans l'espace, ces gaz à effet de serre maintiennent la température moyenne de la Terre (15 degrés Celsius) à environ 33 degrés de plus que ce qu'elle serait autrement.

La planète Mars, où les gaz à effet de serre sont absents, a une température moyenne au sol de 80 degrés au-dessous de zéro. Sur Vénus, où le gaz carbonique et le méthane sont très abondants, elle dépasse 300 degrés.

 

Page précédente Haut de page Page suivante