Retour à l'accueil




Genèse de Kyoto

Conférence de Marrakech

La Conférence de Marrakech, qui s'est déroulée du 29 octobre au 9 novembre 2001, avait pour tâche de traduire en langage juridique les 14 pages de texte de l'accord politique conclu lors de la Conférence de Bonn. Autrement dit, les 180 pays participants avaient à s'entendre sur les mécanismes juridiques contrôlant l'application du protocole de Kyoto. Le défi consistait à lier le principe d'éligibilité d'un pays aux mécanismes de flexibilité à son engagement à respecter le système de sanctions.

Une fois de plus, la rencontre a failli avorter en raison des positions défendues par les pays du groupe parapluie. Le Canada, le Japon et la Russie cherchaient en effet à obtenir un maximum de flexibilité dans la gestion de ces règles. Par ailleurs, l'Union européenne a finalement accepté que la Russie se voie accorder 33 millions de tonnes de carbone supplémentaires, soit la totalité de ce que le pays réclamait à Bonn et le double de ce qui lui avait été attribué. L'adhésion de la Russie était particulièrement importante depuis le retrait des États-Unis du protocole.

Pour Greenpeace, « la montagne a accouché d'une souris ». L'organisme international s'est dit particulièrement déçu de l'entente sur les puits de carbone qui, en autorisant les pays signataires à comptabiliser leurs productions agricoles ou forestières, va leur permettre de prétendre qu'ils ont réalisé des efforts particuliers pour réduire leurs GES.

Depuis Marrakech, il y a eu trois conférences des parties. À New Delhi, en Inde, du 23 octobre au 1er novembre 2002, et à Milan, en Italie, du 1er au 12 décembre 2003, les parties ont continué leurs discussions sur la mise en œuvre du protocole.

La dernière conférence des parties s'est tenue du 6 au 14 décembre 2004, à Buenos Aires, en Argentine. Au programme: l'après-Kyoto. Les parties devaient fixer un calendrier de négociations pour définir des objectifs de réduction des GES après 2012. Mais les États-Unis ont refusé de s'engager sur une telle voie.


Page précédente Haut de page Page suivante