Retour à l'accueil



 


Situation canadienne

Introduction

Le Canada a ratifié le protocole de Kyoto en décembre 2002. Peu avant, le gouvernement fédéral avait rendu public son plan de mise en œuvre afin de réduire de 240 millions de tonnes annuellement ses émissions de gaz à effet de serre (GES).

Mais à cause de l'augmentation des émissions canadiennes, l'objectif est aujourd'hui de 270 millions de tonnes. Peu avant l'entrée en vigueur du protocole, le ministre de l'Environnement, Stéphane Dion, admettait que le Canada aurait du mal à atteindre cet objectif.

Le 13 avril 2005, Ottawa dévoilait la dernière mouture d’un plan de mise en œuvre du protocole de Kyoto qui épargnera grandement les principaux pollueurs institutionnels pour plutôt faire assumer une large part de la facture aux contribuables.

Ainsi, le secteur pétrolier et les autres grands groupes industriels, responsables de la production de près de la moitié des émissions de gaz à effet de serre au pays, ne se voient imposer que 15 % d’une facture qui pourrait bien dépasser les quelque 10 milliards de dollars d’ici 2012.

Depuis les premiers balbutiements de son plan, Ottawa n’a cessé de céder du terrain face au puissant lobby des grands pollueurs, leur contribution, fixée à l’origine à 73 millions de tonnes, n’étant désormais plus que de 36 millions de tonnes, soit 13,3 % de l’objectif national.

Une autre mesure qui risque fort de faire du bruit est la dotation d’un budget de 4 à 5 milliards de dollars pour le Fonds pour le climat, destiné à acheter, ici ou à l’étranger, des crédits d’émission de gaz à effet de serre. Le protocole prévoit en effet qu'un pays qui n'atteint pas son objectif de réduction des GES peut obtenir de tels crédits en investissant dans des projets de réduction des GES dans les pays en développement.

Pour le moment, la stratégie canadienne vise surtout les individus. Avec son programme Le défi d'une tonne, le gouvernement invite chaque Canadien à réduire d'une tonne ses émissions annuelles de GES, soit 20 % des cinq tonnes produites actuellement par chaque Canadien.




Le Canada a été le 99e pays à avoir ratifié le protocole de Kyoto.

Le Canada a été le 99e pays à avoir ratifié le protocole de Kyoto.

Le Canada mise beaucoup sur d'éventuels développements technologiques permettant de réduire les émissions de GES ou de les stocker de façon à les empêcher de se retrouver dans l'atmosphère. L'Alberta a déjà mis sur pied trois projets pilote de stockage du gaz carbonique dans des puits de pétrole ou de gaz naturel. On songe également à mettre au point des méthodes pour produire du charbon « propre ».

Par ailleurs, le ministre Dion souhaite inciter les constructeurs d'automobiles à adopter des technologies qui permettront de réduire les émissions du secteur du transport, source importante de GES.

 

 

 

Page précédente Haut de page Page suivante