Budget du Québec 2007-2008

Retour à la zone Nouvelles

En chiffres

Population

2007

7 700 807 habitants

+

Taux de chômage

Février 2008

7,0 % au Québec

+

Taux d’inflation

Janvier 2008

2,0 %

+

PIB

Novembre 2007

2,3 %

+

Exportations

2007

69,8 G$

+

Transferts fédéraux

2007-2008

12,2 G$

+

Dette totale du gouvernement

31 mars 2007

122,4 G$

+
Chargement

Sources : Institut de la statistique du Québec et Finances Québec

Les faits saillants

Emploi et immigration

Le budget du ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale, qui atteint
4,15 milliards de dollars en 2008-2009, est le 4e poste de dépense en
importance
(après la santé et l’éducation). Il est majoré de 22 millions
de dollars par rapport à l’an dernier.

Québec annonce un Pacte pour l’emploi, auquel sera consacrée une somme de 196 millions de dollars sur cinq ans. Ce programme est créé dans la perspective où 700 000 emplois devront être pourvus en 2011, selon Mme Jérôme-Forget. Il est spécifiquement destiné à :

  • offrir une formation aux chômeurs qui veulent acquérir de nouvelles qualifications;
  • soutenir les prestataires de l’aide sociale à retourner sur le marché du travail;
  • lever les obstacles à l’embauche des nouveaux arrivants.

Les commentaires de Claudette Carbonneau

Présidente de la Confédération des syndicats nationaux

Les détails du programme restent à être annoncés par le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, mais la ministre Jérôme-Forget indique qu’il a pour objectif de réduire de 50 000 le nombre de prestataires de l’aide sociale et d’offrir une formation à 250 000 personnes.

Dans l’enveloppe totale du ministère, 2,7 milliards vont à l’ensemble des mesures d’aide financière consenties par Emploi-Québec (une baisse de 72,6 millions, attribuable notamment à la fin du Programme national de réconciliation avec les orphelins de Duplessis) et 913,7 millions sont alloués à l’ensemble des programmes encadrant les mesures d’aide à l’emploi (une augmentation de 99,4 millions, en raison notamment de la création du Pacte de l’emploi).

Les crédits accordés à l’immigration augmentent de 20 millions sur deux ans, ou de 20 %. Ces sommes seront consacrées à des programmes d’intégration sur le marché du travail et d’apprentissage. Les détails seront annoncés par la ministre responsable ultérieurement.

La ministre annonce la création d’un nouveau crédit d’impôt remboursable pour la francisation, qui vise toutes les entreprises, y compris celles de 50 employés et moins. Cette mesure s’inscrit dans le cadre du plan d’action pour la promotion de la langue française, en vertu duquel le ministère de la Culture se voit doté d’une enveloppe supplémentaire de 10 millions sur deux ans.

À compter de l’exercice 2008-2009, la totalité de l’enveloppe budgétaire pour l’intégration et la francisation des immigrants est versée au ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles. Ce dernier se trouve ainsi doté d’une provision de 145,3 millions pour le financement d’activités reliées à ces deux objectifs, activités qui seront réalisées par d’autres ministères.