Budget du Québec 2007-2008

Retour à la zone Nouvelles

En chiffres

Population

2007

7 700 807 habitants

+

Taux de chômage

Février 2008

7,0 % au Québec

+

Taux d’inflation

Janvier 2008

2,0 %

+

PIB

Novembre 2007

2,3 %

+

Exportations

2007

69,8 G$

+

Transferts fédéraux

2007-2008

12,2 G$

+

Dette totale du gouvernement

31 mars 2007

122,4 G$

+
Chargement

Sources : Institut de la statistique du Québec et Finances Québec

Les faits saillants

Économie et fiscalité

les commentaires de
Michel Kelly-Gagnon

Président du Conseil du patronat du Québec

La ministre des Finances du Québec, Monique Jérôme-Forget, présente son deuxième budget dans un contexte de ralentissement économique. La marge de manœuvre s’amoindrit, la ministre revoit à la baisse ses prévisions de croissance économique. Le taux de croissance prévu de l’économie québécoise pour l’année 2008 passe de 2,5 % à 1,5 %.

La croissance des dépenses sera de 3,6 % en 2008-2009, et les ministères de la Santé et de l’Éducation ainsi que le service de la dette seront les principaux postes de dépenses du gouvernement.

Québec dispose d’une réserve budgétaire de 1,8 G$ grâce à des revenus supplémentaires obtenus dans les derniers exercices financiers. Cette réserve assurera l’équilibre budgétaire.

« Ainsi, nous pourrons absorber le choc du ralentissement économique sans augmenter les taxes ou les impôts et sans réduire les services publics »

- Monique Jérôme-Forget,
ministre des Finances du Québec.

Dans son désir de réduire le poids de la dette, le budget annonce que la part des bénéfices qu’Hydro-Québec verse au gouvernement sous forme de dividendes passe de 50 % à 75 %. En 2008-2009, le gouvernement du Québec versera au Fonds des générations 742 millions de dollars. D’ici 2010, la ministre des Finances du Québec s’attend à ce que 2,7  milliards soient accumulés dans le Fonds.

De plus, pour la première fois cette année, le périmètre comptable inclut les réseaux de la santé et de l’éducation. En décembre dernier, Québec et le vérificateur général annonçaient cette nouvelle réforme comptable.

CELI, au Québec aussi

Le gouvernement annonce l'harmonisation au nouveau Compte d'épargne libre d'impôt (CELI) présenté par Ottawa.

Pour y avoir droit, les particuliers devront ouvrir un compte auprès d’une institution financière.

Le droit de cotisation annuelle est de 5000 $ et les droits inutilisés sont reportés aux années subséquentes.

Dans un CELI, les types de placement autorisés seront les mêmes que ceux dans un REER, (les fonds communs de placement, les titres cotés en Bourse, les obligations gouvernementales, les obligations de sociétés, les certificats de placement garanti).

Mais contrairement à un REER, les cotisations à un CELI ne donnent droit à aucune déduction fiscale. Toutefois, les revenus de placement qu’elles produisent ne sont pas imposables.

Tous les retraits d’un particulier de son CELI sont libres d’impôt.

Investissements

Dans ce budget, Québec annonce des investissements pour améliorer la productivité des entreprises. Celles du secteur manufacturier bénéficieront immédiatement de l’élimination de la taxe sur le capital. Une mesure qui touche plus de 14 000 entreprises. Toutes les autres y auront droit en 2010.

Crédits d’impôt

Toutes les entreprises auront droit à l’instauration d’un crédit d’impôt à l’investissement de 5 % pour les entreprises qui achètent du matériel de fabrication et de transformation. Ce crédit sera majoré selon l’éloignement des régions. (Voir les détails)

Les entreprises des nouvelles technologies de l’information de plus de 5 employés auront droit à un crédit d’impôt de 30 % des salaires. Cette aide n’est pas réservée aux entreprises établies notamment dans la Cité du multimédia, mais à l’ensemble du territoire.