Boris Eltsine

Nouveau prince de l'Église

Accueil

Ascension au sein du Parti communiste

Le début de la fin

La présidence de la Russie

Vers l'autonomie

L'affrontement ouvert

La fin de l'URSS

La Russie de Boris Eltsine

Politique extérieure et intérieure

Un président malade

La résurgence communiste

La ronde des premiers ministres

La crise du Caucase

Boris Eltsine quitte le pouvoir

Hyperliens et bibliographie



JOURNALISTE
Richard Raymond

Ils ont dit...



« Pour autant que je connaisse le président, il ne se voit pas (...) autrement que comme président de la Russie. S'il démissionnait, cela serait sa mort politique et (pour lui) le début de la folie. »

Le général Alexandre Lebed



 

 

La crise du Caucase

Après la Tchétchénie, la Russie s'enfonce dans un conflit interne au Daghestan

À la mi-août 1999, alors que Vladimir Poutine vient à peine d'être confirmé par la Douma dans ses fonctions de premier ministre, le gouvernement de Boris Eltsine doit faire face à une crise urgente dans la petite république du Daghestan. Là-bas, plusieurs villages sont occupés par des groupes de rebelles armés qui se réclament du wahhabisme (islam radical), sous le commandement de Chamil Bassaïev, un ancien chef de guerre tchétchène. Vers le 17 août, l'armée russe lance une opération militaire d'envergure au Daghestan destinée à reprendre le contrôle des régions occupées par les rebelles musulmans. Devant la supériorité militaire russe, les rebelles battent en retraite vers la Tchétchénie, où le conflit s'étendra peu de temps après.

Les attentats à la bombe attribués aux terroristes tchétchènes ont fait plus de 200 morts à Moscou

En septembre, après une série d'explosions qui secouent la banlieue de Moscou et d'autres villes du pays, le conflit se transporte sur le front tchétchène, puisque le Kremlin attribue ces déflagrations aux islamistes de cette république sécessionniste. Vladimir Poutine prend en charge la crise du Caucase, et l'armée russe commence alors sa campagne de bombardements sur la Tchétchénie. Les forces terrestres russes y feront bientôt leur entrée.

Peu de temps après avoir ordonné la riposte russe au Daghestan, Boris Eltsine et ses proches sont plongés dans un scandale financier international qui portera une sérieuse atteinte à l'intégrité du clan Eltsine. Particulièrement à deux de ses filles, Elena et Tatiana, qui occupent des postes influents dans le gouvernement de leur père. Boris Eltsine, sa famille et plusieurs de ses collaborateurs sont accusés par les enquêteurs internationaux d'avoir participé au détournement et au blanchiment de dizaines de milliards de dollars — ou d'en avoir bénéficié — provenant en majeure partie du Fond monétaire international, des sommes destinées à sortir le pays du marasme économique.