Boris Eltsine

Nouveau prince de l'Église

Accueil

Ascension au sein du Parti communiste

Le début de la fin

La présidence de la Russie

Vers l'autonomie

L'affrontement ouvert

La fin de l'URSS

La Russie de Boris Eltsine

Politique extérieure et intérieure

Un président malade

La résurgence communiste

La ronde des premiers ministres

La crise du Caucase

Boris Eltsine quitte le pouvoir

Hyperliens et bibliographie



JOURNALISTE
Richard Raymond

Ils ont dit...



« Eltsine, c'est le pouvoir, le pouvoir à tout prix. »

Viatcheslav Igrounov, député libéral.




 

 

 

Un président malade

Depuis quelques années, l'état de santé du président est devenu une préoccupation majeure. Boris Eltsine traîne des problèmes cardiaques depuis 1987 et a été hospitalisé quatre fois en huit ans. En juillet 1995, il est hospitalisé pendant deux semaines, souffrant de problèmes coronariens.

C'est désormais un grand malade qui préside aux destinées du peuple russe

Cette hospitalisation et la convalescence de deux semaines qui suivra le forcent à annuler un voyage en Norvège. Pendant son hospitalisation, il signe le décret pour la tenue des élections législatives le 17 décembre. À peine remis sur pied, il devra retourner à l'hôpital le 26 octobre. Officiellement, on reconnaît que ses problèmes cardiaques se sont aggravés. D'ailleurs, la visite qu'il devait faire en Chine est annulée. Malgré tout, le Kremlin fait tout pour convaincre le monde que Boris Eltsine, à 64 ans, est encore à la « barre du grand vaisseau russe », selon sa propre expression. Ainsi, le 3 novembre, on diffuse à la télévision un entretien qu'il a eu avec son premier ministre à l'hôpital.

Viktor Tchernomyrdine apporte des fleurs au président malade

Le 14 novembre, nouvelle apparition télévisée. Boris Eltsine essaie de mettre un terme aux spéculations sur sa santé et sa capacité à gouverner. Il rassure également le peuple russe sur les élections législatives, qui auront lieu le 17 décembre comme prévu. Il ne rentrera au Kremlin que le 29 décembre. La seconde hospitalisation de Boris Eltsine laisse croire qu'il ne pourra pas se présenter à l'élection présidentielle prévue pour juin 1996. De plus, sa maladie menace les discussions sur la paix en Bosnie. En Occident, on craint qu'en l'absence de Boris Eltsine, Moscou se montre incapable de prendre une décision sur le conflit bosniaque, donnant à son alliée, la Serbie, un prétexte pour ne pas agréer l'accord.

La situation économique, pendant ce temps, continue de se détériorer. Les prix au cours des 10 premiers mois de 1995 augmentent de 114 %. Par ailleurs, la popularité d'Eltsine est en chute libre. Mais cela ne l'empêche pas de faire entrer la Russie dans le cercle fermé du G7, regroupant les sept pays les plus industrialisés, et de participer, en juin 1995, à la rencontre de Halifax.