Boris Eltsine

Nouveau prince de l'Église

Accueil

Ascension au sein du Parti communiste

Le début de la fin

La présidence de la Russie

Vers l'autonomie

L'affrontement ouvert

La fin de l'URSS

La Russie de Boris Eltsine

Politique extérieure et intérieure

Un président malade

La résurgence communiste

La ronde des premiers ministres

La crise du Caucase

Boris Eltsine quitte le pouvoir

Hyperliens et bibliographie



JOURNALISTE
Richard Raymond

Il a dit...



S’adressant ŕ Patrick Poivre d’Arvor :
« Je affirme je vais aussi bien que vous, monsieur Zitrone. »


« On peut toujours construire un trône avec des baïonnettes. Mais il est difficile de rester longtemps assis dessus. »


 

 

Ascension au sein du Parti communiste

Boris Eltsine a toujours été près du peuple russe

En 1968, Boris Eltsine entre dans l'appareil du Parti communiste pour accéder, en moins de 20 ans, aux plus hautes sphères du pouvoir. Il est nommé secrétaire du comité régional du Parti en 1975, puis, un an plus tard, le 2 novembre 1976, il est élu premier secrétaire pour la région de Sverdlovsk. Aussitôt élu, il présente un court programme d'action fondé sur le principe du souci des gens. Il entreprend ensuite de renouveler les effectifs au plus haut niveau.

 

Boris Eltsine n'a jamais voulu perdre le contact avec le peuple. Aussi décide-t-il de visiter une fois tous les deux ans les 63 agglomérations que compte la région de Sverdlovsk et d'organiser des rencontres avec les travailleurs. C'était la « période de stagnation », pendant laquelle le pays est laissé à l'abandon par Brejnev. Boris Eltsine en profite pour mener sa barque comme il l'entend.

Mikhaïl Gorbatchev, secrétaire général du Parti communiste

En 1978, Mikhaïl Gorbatchev est élu secrétaire au comité central chargé de l'agriculture. Boris Eltsine a connu le nouveau secrétaire alors qu'il était premier secrétaire du comité de Stavropol. À cette époque, les deux hommes s'entraidaient, Eltsine fournissant des matériaux de construction à Gorbatchev, tandis que ce dernier donnait de la nourriture à Boris Nikolaïevitch. Après l'élection de Gorbatchev, leurs relations restent au beau fixe pendant un certain temps.

 

En 1981, Boris Eltsine est élu membre du comité central. En 1984, il devient membre du présidium du Soviet suprême, puis chef du Département de la construction au comité central du Parti communiste de l'Union soviétique (PCUS), avant d'être élu secrétaire du comité.

Boris Eltsine, l'apparatchik

Quelques mois après cette élection, le 22 décembre 1985, le Politburo confie au camarade Eltsine la direction du parti de Moscou. Il remplace les apparatchiks au bureau du comité de ville et 23 des 33 premiers secrétaires de comité de district qui, selon lui, ralentissent la perestroïka, ou restructuration de l'économie, de la machine du parti et de la bureaucratie. Pour Boris Eltsine, ces apparatchiks ne cherchent qu'à assurer leur bien-être.

 

Le premier secrétaire s'attaque ensuite aux problèmes de Moscou : surpeuplement, queues interminables, transports bondés, saleté, drogue, prostitution et corruption.Eltsine démembre les organisations qui perçoivent des pots-de-vin dans les magasins d'État. Il se fait remarquer non seulement par son activité débordante, mais aussi par son franc-parler.

Dès son entrée au Parti communiste, Boris Eltsine s'attaque aux apparatchiks qui forment la nomenklatura

Il organise des rencontres avec le peuple et prend l'autobus et le métro avec des ouvriers pour constater par lui-même la situation dans les transports en commun, et pour les écouter critiquer les chefs politiques. Boris Eltsine prend aussi position en faveur de la perestroïka. Pour lui, celle-ci exige qu'on retire leurs privilèges aux apparatchiks et il ne peut comprendre les hésitations de Gorbatchev. Ses déclarations irritent le Politburo, qui y voit une marque de démagogie. Pourtant, en février 1986, il est élu membre suppléant du bureau politique.