Gilbert Bécaud
Monsieur 100 000 volts

JOURNALISTE
Florence Meney


« Il fait la transition entre Jean Sablon (le Bing Crosby français) et Julien Clerc. »
- Libération

« Gilbert Bécaud n'avait pas toujours très bon caractère, mais il avait un sourire éclatant. »
- Le Monde

 

« Bécaud est aussi français que le camembert, mais dieu merci, il voyage beaucoup mieux. »
-
paru dans un quotidien américain

« Il était l'une des voix les plus fortes et les plus entraînantes de notre temps. »
- Jacques Chirac

 

« Bécaud était une personne vivante, nerveuse, suractive, il avait les défauts de ses qualités. C'était surtout un mélodiste et un harmoniste extraordinaire, il avait le don de trouver instantanément une mélodie. »
-
Pierre Delanoë

 

 

Nathalie, extrait :

La place Rouge était vide Devant moi marchait Nathalie
Il avait un joli nom, mon guide
Nathalie
La place Rouge était blanche
La neige faisait un tapis
Et je suivais par ce froid dimanche
Nathalie

 

 

 

À ses débuts, Ionesco disait : « Il chante comme une guenon. C'est le contraire de l'intelligence et du spirituel. »

« Bécaud a le courage d'être excessif. »
- Jean Cocteau

 

 

Ses colères étaient légendaires. Il en a dit : « J'ai des colères méditerranéennes, les mêmes que celles de Raimu et Roger Hanin. »
-
dans une entrevue donnée au Paris Match

 

 

 

 

 

À écouter :

Le biographe de Gilbert Bécaud en entrevue à l'émission Indicatif présent

 

 

Chevalier de la Légion d'honneur en 1974
Commandeur de l'ordre des Arts et Lettres en 1983
Officier de la Légion d'honneur en 1985


EN BREF...

  • Né le 24 octobre 1927 à Toulon, France.
  • Décédé en décembre 2001.
  • Chanteur, auteur et compositeur.
  • Père de six enfants.
  • Surnommé : Monsieur 100 000 volts.


Décembre 2001, le chanteur français Gilbert Bécaud est décédé d'un cancer, à l'âge de 74 ans. Il se battait depuis plusieurs années contre la maladie. Gilbert Bécaud est sans conteste un des grands de la chanson française. Il laisse en héritage un catalogue de quelque 400 chansons et le souvenir d'une présence intense sur scène.

Faits saillants de sa vie et de sa carrière :

De son vrai nom François Silly, celui qui deviendra Gilbert Bécaud est né dans la jolie ville de Toulon, dans le sud de la France, le 24 octobre 1927, en pleine période des années folles.

L'enfant connaîtra peu son père, qui quitte le domicile familial très tôt. Sa mère vivra avec son nouveau compagnon, Louis Bécaud, qui sera un véritable père pour le jeune garçon, ainsi que pour son frère et sa sœur.

« La maman du petit François Gilbert Silly revendait des bouteilles consignées pour améliorer la paie de papa, croupier au casino de Nice. » (Libération)

Il grandit dans cette ville joyeuse, pleine de fleurs et de sons, et dont l'atmosphère l'imprégnera. En classe, c'est un enfant peu discipliné et rebelle, qui se fera renvoyer à plusieurs reprises.

Comme c'est le cas pour beaucoup d'artistes, l'enfant montre très tôt des dispositions pour la musique. Il entre au conservatoire de Nice à l'âge de neuf ans, et devient vite très habile au piano.

La guerre éclate. En 1942, la mère de François décide d'emmener sa famille à Albertville en Savoie. François y poursuivra ses activités musicales.

Sur les traces de son frère Jean, à 17 ans, Bécaud entre dans la Résistance en devenant agent de liaison du réseau.

Arrive la libération. Le jeune musicien va fêter ses 20 printemps et il se met alors à la composition.

Parmi ses idoles : Frankie Laine et Johnny Ray.

La famille rentre donc à Paris. François se produit dans des cabarets, toujours au piano. Les premières chansons qu'il créera, en 1948, seront signées par Marie Bizet, la grande chanteuse réaliste, puis par André Claveau. Il compose aussi des musiques de films. À cette époque, il se fait appeler François Bécaud. Il fait plusieurs rencontres capitales pour la suite de sa carrière, dont celle de Pierre Delanoë et Maurice Vidalin. Ensemble, ces trois artistes et poètes écriront plusieurs des succès du futur Gilbert Bécaud. Il croise aussi le chemin de celui qui deviendra son grand parolier : Louis Amade.

Gaya Bécaud : « On me demande souvent : “ Qu'est-ce que ça vous fait d'être le fils de Gilbert Bécaud ? ”. Je dis toujours : “ Je ne peux pas vous répondre, je n'ai jamais eu un autre père ! ”. Ce qu'il nous a transmis, à mon frère, mes sœurs et moi, c'est une énergie dans le travail. »

Un autre grand pas dans la vie du jeune homme : il devient le pianiste du chanteur en vogue Jacques Pills, qu'il accompagnera en tournées à l'étranger, en particulier sur le nouveau continent. Le musicien en rapportera des rythmes nouveaux qu'il intègrera ensuite à ses œuvres.

Bécaud et Pills font aussi la connaissance de la grande chanteuse Édith Piaf, à qui ils soumettent une chanson rapportée d'Uruguay : Je t'ai dans la peau. La chanteuse est emballée. L'histoire finira avec le mariage d'Édith Piaf et de Jacques Pills.

Discographie (extrait d'un site personnel)

L'un des premiers succès de Bécaud (écrit avec Pierre Delanoë) : Mes mains, qui traversera l'océan pour devenir With your love en 1955, sera entre autres interprété par la chanteuse Petula Clark.

En 1952, celui qui vient de devenir officiellement Gilbert Bécaud épouse Monique Nicolas. Il aura avec elle deux fils, Gaya et Philippe, ainsi qu'une fille, Anne.

Silly deviendra Bécaud parce que Silly veut dire « idiot » en Anglais.

C'est un peu avant la naissance de son premier enfant que Gilbert Bécaud rencontrera un autre jeune artiste de talent : Charles Aznavour.

Pour la petite histoire, c'est à la suite d'une blessure à la main que Gilbert Bécaud passera, sur la scène, de pianiste à chanteur.

Le 17 février 1955 : Bécaud triomphe à l'Olympia. Ce spectacle restera célèbre non seulement grâce à la performance du chanteur, mais aussi parce que les fans en délire s'attachent à démolir la salle, chaises comprises ! L'Olympia demeurera sa salle fétiche. Il s'y produira une trentaine de fois dans sa longue carrière.

Dès le début de sa carrière, Bécaud avait été surnommé « Monsieur 100 000 volts », en raison de son sens du swing, mais aussi à cause des passions qu'il soulevait dans son sillage.

 

Un signe distinctif : Gilbert Bécaud chante la main collée à l'oreille, pour mieux s'entendre.

 

L'essentiel du répertoire de Bécaud était composé de chansons sentimentales comme : Et maintenant, Nathalie, L'important c'est la rose, Je reviens te chercher, Quand il est mort le poète.

Quelques grands titres :
Je veux te dire adieu
C'était mon copain
Je t'appartiens
La corrida
Dimanche à Orly
Et maintenant
Petit oiseau de toutes les couleurs
L'important, c'est la rose
L'indifférence
Je reviens te chercher
Nathalie
Quand il est mort le poète
Les tantes Jeanne
Un peu d'amour et d'amitié

 

Pendant les années 60, Bécaud confirme sa stature de vedette internationale, en pleine époque de « beatlemania ». En 1961, sa chanson Et maintenant triomphe et le chanteur se lance à l'assaut du monde entier.

Bécaud, hors du temps

En 1963

En 1976

En 1983, lors d'un passage au Québec

En 1998, reçu par Denise Bombardier

 

 

Le chanteur diversifie aussi ses activités. Quelques années plus tôt, il a touché au monde du cinéma dans Le pays d'où je viens, de Marcel Carné. Il monte aussi un opéra lyrique en 1962 : L'opéra d'aran, qui est plutôt bien accueilli par la critique.

Gilbert Bécaud a aussi la bougeotte. Il multiplie les tournées, surtout en Afrique du Nord et en Amérique.

Les années 70 voient l'artiste continuer sur sa lancée, même si sa voix souffre d'une trop grande consommation de cigarettes. Toujours vêtu de sa légendaire cravate à pois, il est partout et enchaîne les succès. En 1972, il sort l'intégrale de ses œuvres, constituée de six albums triples.

La légende veut qu'il ait conservé à plus de 200 exemplaires sa cravate bleue à pois blancs.

 

Il reçoit la Légion d'honneur en 1974.

En 1976, Gilbert Bécaud se marie pour la seconde fois avec Kitty St. John, une Américaine. Celle-ci lui donnera une fille, Emily.

Depuis des années maintenant, sa renommée a largement dépassé les frontières françaises. Il a été interprété par des grands de la chanson tels que Barbara Streisand et Frank Sinatra, entre autres. En 1983, il compose avec Stevie Wonder et Neil Diamond.

« Je ne suis pas un carriériste qui calcule des coups précis, il y a quarante ans, j'étais déjà comme ça. »

La santé de Gilbert Bécaud est cependant plus fragile dès les années 70. C'est un gros fumeur qui mène une vie effrenée.

Malgré une activité sans relâche, Bécaud sent les premiers signes de la maladie. Il se réfugie dès le début des années 90 sur une péniche achetée avec son épouse, tout en continuant à produire. L'un de ses projets, une comédie musicale intitulée Madame Roza, tirée du livre d'Emile Ajar La vie devant soi, lui tient à cœur et lui demande beaucoup d'énergie.

En 1988, il innove lors de sa rentrée à l'Olympia en présentant deux spectacles en alternance : un spectacle « Bleu » et un spectacle « Rouge ».

Il a 70 ans en 1997. Beaucoup de ceux qu'il admirait et qui étaient ses contemporains ont disparu. Il a pleuré Édith Piaf, puis sa mère (décédée à l'âge de 100 ans), puis Yves Montand et Louis Amade. Mais Gilbert Bécaud n'est pas encore prêt à prendre sa retraite. Il sort un nouvel album en 1999 : Faut faire avec.

Gilbert Bécaud rendit hommage à sa mère dans La dame de Saint-Paul.

Mais la maladie le rattrape. Le chanteur se produit encore une fois à l'Olympia la même année, affaibli par le cancer.

En 1998, lors de sa dernière tournée au Québec, Stephan Bureau le reçoit à l'émission Le Point. Il se confiera sur plusieurs sujets, admettant que l'expérience de la scène demeurait irremplaçable pour lui, même si le tract subsistait après toutes ces années.

S.B. : Est-ce qu'il y a encore de la nervosité avant d'attaquer le public, après toutes ces années ?

G.B. : Ça, c'est sûr, il y a toujours un petit malaise. Mes copains qui disent qu'ils n'ont pas le trac; je ne les crois pas.

 

Gilbert Bécaud s'est éteint à l'âge de 74 ans à l'un de ses domiciles, une péniche où il résidait à Boulogne, près de Paris. Il venait de terminer un nouvel album, intitulé Mon Cap.


L'adieu à Gilbert Bécaud

De nombreux artistes, amis et admirateurs de Gilbert Bécaud se sont réunis le 21 décembre 2001 au matin à l'église de la Madeleine à Paris, afin de célébrer une cérémonie religieuse à la mémoire de celui qu'on surnommait « Monsieur 100 000 volts ». Tandis qu'une foule était massée devant les grilles de l'église, un cortège funéraire portant le cercueil du défunt est entré dans le temple où avaient pris place la famille de Gilbert Bécaud et plusieurs personnalités, dont Roger Hanin et Charles Aznavour.

Gilbert Bécaud est inhumé au cimetière du Père-Lachaise, où reposent déjà d'autres grands noms de la chanson française, dont Edith Piaf et Yves Montand.