•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Broquerie : un résident porte plainte contre la prière au conseil municipal

Le bâtiment de la municipalité rurale de La Broquerie

Le bâtiment de la municipalité rurale de La Broquerie

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un résident de la municipalité rurale de La Broquerie a envoyé une plainte concernant la prière qui continue d'être récitée avant chaque conseil municipal.

Dans une lettre adressée aux élus, le résident David Dawson écrit « avoir été surpris d'entendre la prière alors que la Cour suprême du Canada a déclaré que cette pratique était illégale ». Il fait référence à la décision unanime des juges du plus haut tribunal au pays dans laquelle ils estimaient que réciter la prière lors des réunions d'un conseil municipal au Canada contrevenait à l'obligation de neutralité religieuse de l'État.

David Dawson, qui demande dans sa lettre que la municipalité se plie à ce jugement, n'a pas souhaité nous accorder une entrevue.

Sébastien Grammond, professeur de droit à l'université d'Ottawa, soutient que si le jugement faisait d'abord référence à la loi québécoise, il s'applique partout au pays : « Des lois semblables existent dans chaque province et le raisonnement sur lequel s'est basée la Cour suprême peut être transposé dans chaque province ».

Onde de choc

La tradition de la prière avant le conseil municipal est une tradition qui remonte à plus de 40 ans à La Broquerie. « Les conseillers ont été choqués lorsqu'ils ont vu la lettre », indique le préfet de la municipalité, Lewis Weiss. « Depuis que les gens ont commencé à en parler sur les réseaux sociaux, j'ai reçu de nombreux messages de soutiens », ajoute-t-il.

Pourquoi me battrais-je contre quelque chose qui semble être une tradition depuis plus de 40 ans?

Lewis Weiss, préfet de la municipalité rurale de La Broquerie

« J'imagine que c'est une pratique qui est ancrée dans la tradition et dans les mentalités et que les gens ne sont pas d'accord avec le jugement de la Cour suprême et choisissent de l'ignorer, pense Sébastien Grammond. Ça peut fonctionner pour un temps, mais ultimement les municipalités vont se faire rappeler à l'ordre. »

La prière est importante pour les résidents

Pour de nombreuses personnes qui vivent dans ce secteur du Manitoba où la religion joue encore un grand rôle, la prière est importante et devrait rester. « Je pense qu'on devrait dire les prières de partout, dans les écoles, dans les réunions locales », affirme ainsi Henri Turenne, un résident originaire du village.

La municipalité a décidé de continuer à réciter la prière et d'obtenir des conseils juridiques pour répondre à la plainte.

Avec des informations de Camille Gris Roy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Croyances et religions