•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé mentale : l'Î.-P.-É. prône une « approche intégrée »

Le premier ministre Wade MacLauchlan a pris part au dévoilement de la nouvelle stratégie de l'Île-du-Prince-Édouard en matière de santé mentale et de lutte contre les dépendances.

Le premier ministre Wade MacLauchlan, au centre, a pris part au dévoilement de la nouvelle stratégie de l'Île-du-Prince-Édouard en matière de santé mentale et de lutte contre les dépendances.

Photo : Radio-Canada/François Pierre Dufault

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard prône une « approche intégrée » des services de santé, d'éducation et de justice dans sa nouvelle stratégie en matière de santé mentale et de lutte contre les dépendances.

Un texte de François Pierre DufaultTwitterCourriel

La nouvelle stratégie de santé mentale et de toxicomanie de l'Île-du-Prince-Édouard se veut une feuille de route pour améliorer et intégrer les services de santé mentale dans la province pour les dix prochaines années.

« L'amélioration des services en santé mentale et en toxicomanie est un pilier important de l'engagement de notre gouvernement à améliorer l'ensemble du système de soins de santé », a déclaré le premier ministre Wade MacLauchlan, lors d'un point de presse à Charlottetown, lundi.

Un comité qui comprend les sous-ministres de la Santé et du Bien-être, de l'Éducation, de la Justice et de la Sécurité publique, et des Services à la famille et à la personne sera responsable la mise en oeuvre de cette stratégie.

Les piliers de la stratégie de l'Î.-P.-É. en matière de santé mentale et de lutte contre les dépendances :

  • Investir tôt : accent sur les enfants, les jeunes et les familles
  • Accès au bon service, traitement et soutien
  • Promotion de la santé mentale pour tous les âges
  • Favoriser le rétablissement et le bien-être des personnes de tous âges
  • Une main-d'œuvre novatrice et collaborative

Le premier ministre Wade MacLauchlan a rappelé que son gouvernement avait bonifié le financement accordé aux soins de santé mentale de 43 % depuis une décennie: de 28 millions de dollars en 2007 à plus de 46 millions de dollars aujourd'hui.

La province prévoit continuer à accroître ses investissements dans les soins de santé mentale pour la durée de sa nouvelle stratégie.

Agir rapidement

« Il est important de traiter les problèmes de santé mentale tôt », a précisé Wade MacLauchlan. « Les problèmes de santé mentale sont souvent perceptibles dès l'âge de 14 ans. Plus nous agissons rapidement, plus nous serons en mesure de nous assurer que notre population est en bonne santé. »

L'Île-du-Prince-Édouard a, par exemple, recruté un nouveau psychiatre pour les enfants et les adolescents.Parallèlement, au cours des 18 derniers mois, les références de jeunes patients pour des traitements en santé mentale à l'extérieur de la province auraient diminué d'une moyenne annuelle de 10 à zéro.

La province insulaire a aussi mis sur pied un programme de traitement de jour en santé mentale pour les jeunes de 13 à 18 ans aux prises avec des problèmes de santé mentale qui causent des troubles importants de comportement.

Reid Burke, de l'Association canadienne pour la santé mentale à Charlottetown, s'est dit pour sa part « très encouragé » par la nouvelle stratégie en matière de santé mentale et de lutte contre les dépendances de l'Île-du-Prince-Édouard. « C'est une bonne première étape, qui va nous permettre de mieux mesurer nos progrès », a-t-il ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie