•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le prix des aliments force les consommateurs à changer leurs habitudes

Des aliments

Des aliments

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les Canadiens ont pris davantage conscience du coût des aliments et beaucoup de consommateurs sont à l'affût des offres spéciales, selon un récent sondage de l'Université Dalhousie, à Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Les prix des aliments ont beaucoup changé au cours de la dernière année et les habitudes des consommateurs se sont transformées en conséquence.

Les prix ont augmenté l'hiver dernier et ont baissé légèrement au cours des derniers mois. Mais des consommateurs consultent les circulaires avant de faire leurs achats dans l'espoir d'économiser quelques dollars.

« Surtout les fruits et les légumes. Les prix fluctuent, alors on regarde les spéciaux. On fait attention de ne pas gaspiller », dit Patricia Turcotte, une cliente d'un supermarché de Moncton.

« Avant j'avais plus un budget pour acheter des fruits et des légumes bio. À cette heure c'est comme, je me stresse sur ce point-là », raconte un autre client, Jérémie Doiron.

Sept Canadiens sur 10 ont changé leur façon de faire leur épicerie au cours de 12 derniers mois, selon le sondage de l'Université Dalhousie, réalisé auprès d'environ 1000 Canadiens.

C'est surtout au Québec et en Ontario que les prix influent directement sur les décisions des consommateurs, selon un des auteurs de l'étude et professeur en politique alimentaire à l'Université Dalhousie, Sylvain Charlebois.

De la viande vendue au rabais dans une épicerie.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De la viande vendue au rabais dans une épicerie.

Photo : Pierre Verrière

Les familles sont nombreuses à prévoir la préparation de repas à partir d'aliments dont le prix est réduit, par exemple.

« Il y a un paquet d'éléments budgétaires qui sont en hausse depuis quelque temps. J'ai l'impression qu'il y a beaucoup de pression », dit Sylvain Charlebois.

Il croit que ces changements d'habitude sont dorénavant la norme.

« De plus en plus, des gens vont utiliser d'autres sources d'information pour développer une stratégie d'achat alimentaire, en raison du fait qu'on en parle beaucoup », explique-t-il.

Il croit que l'industrie n'aura d'autre choix que de s'ajuster en fonction de cette stratégie des consommateurs.

Selon les informations de Sabrina Fabian.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie