•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Grand Nord québécois comme pharmacie mondiale?

Le Nord québécois

Le Nord québécois (archives)

Photo : Francis Labbé

Radio-Canada

Une équipe de chercheurs du Québec réalise un projet d'étude portant sur la flore du Nord-du-Québec. Les chercheurs ont remarqué qu'il n'y avait pas d'études phytochimiques des plantes dans cette région.

D’après une entrevue d’Annie-Claude LuneauTwitterCourriel

Ils veulent en savoir plus sur ces plantes, qui pourraient être utilisées en médecine, explique le professeur au Département de chimie de l'Université Laval, Normand Voyer. « On s'est dit pourquoi pas les plantes du Nord qui, elles, subissent des stress très importants? Par exemple, elles ne voient pas beaucoup de lumière pendant un bon bout de l'année, elles sont sujettes à de grands froids », fait savoir Normand Voyer.

Ces plantes réagissent à des stress et synthétisent des produits naturels très particuliers. Ces produits naturels ont une bioactivité, et pourraient éventuellement devenir des médicaments.

Normand Voyer

Les premiers résultats sont intéressants

Les chercheurs se sont déjà intéressés à quatre espèces et l'une d'entre elles a été analysée.

Il s'agit d'un lichen dont les substances peuvent aider à combattre certaines bactéries, précise Normand Voyer dans une entrevue à l'émission Région zéro 8

« On a pu découvrir dans ces lichens-là deux substances naturelles qui n'avaient jamais été rapportées partout sur la planète, explique le professeur. On a fait quelques tests. Je peux vous dire que certaines de ces substances-là ont des propriétés biologiques intéressantes, dont une qui nous intéresse au niveau sociétal, c'est qu'il y a des substances qui combattent certaines bactéries qui sont impliquées dans les maladies parodontales chez les humains [...] On a étudié les propriétés de ces substances pour voir si elles pouvaient tuer ces bactéries-là, et on a certains résultats préliminaires qui sont très intéressants », ajoute le professeur.

Normand Voyer affirme que l'objectif n'est pas de piller les ressources du Nord, mais plutôt de reproduire en laboratoire les substances intéressantes.

Extrait de l'émission l'émission « Région zéro 8 »

Abitibi–Témiscamingue

Science