•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gouvernance locale : l'heure du plébiscite approche pour les résidents du Haut-Madawaska

Réginald Nadeau, président de la campagne pour le regroupement municipal du Haut-Madawaska

Réginald Nadeau, président de la campagne pour le regroupement municipal du Haut-Madawaska

Photo : Radio-Canada/Bernard Lebel

Radio-Canada

Le plébiscite sur le regroupement des municipalités du Haut-Madawaska, au Nouveau-Brunswick, aura lieu lundi.

Les résidents des districts de services locaux (DSL) de Saint-François, Clair, Baker-Brook, Saint-Hilaire, Lac-Baker et Madawaska doivent voter sur la proposition de former une communauté rurale avec les villages de Saint-Hilaire, Baker-Brook, Clair et Saint-François de Madawaska.

Le village de Lac-Baker est donc exclu de ce projet de regroupement. Les conseils municipaux des quatre autres villages ont déjà voté pour le projet de restructuration, par voie de résolutions d'appui unanimes.

Réginald Nadeau, président de la campagne du oui, estime que le regroupement serait avantageux.

« Il y a des sous qui sont conservés au provincial, on parle ici de la taxe sur l'essence, qui devraient nous revenir. C'est 120 000 $ par année qui devraient nous revenir. Ça fait au-delà de six ans que ce programme existe et vous pouvez imaginer, ça fait six fois 120 000 $ qu'on laisse passer et qu'on n'investit pas dans nos DSL. Il est temps qu'on s'assoie à la table, qu'on remette les pendules à l'heure et qu'on aille chercher ce qui nous revient pour nos citoyens, pour notre sécurité publique », explique Réginald Nadeau.

Rosaire Martin

Rosaire Martin, résident du DSL de Saint-Hilaire, milite contre le projet de regroupement.

Photo : Radio-Canada/Bernard LeBel

Rosaire Martin, résident du DSL de Saint-Hilaire, milite contre le regroupement.

« C'est garder notre liberté. Comme c'est là, on est dans des DSL, on a droit de parole, le droit de s'exprimer, le droit de faire un jardin, le droit de garder des animaux. On est libre, mais quand on tombera dans une communauté, on va avoir les restrictions des régimes des municipalités », affirme Rosaire Martin.

Un vote anticipé a déjà eu lieu le 5 novembre.

Les bureaux de scrutin seront ouverts de 10 h à 20 h.

Avec les informations de Bernard LeBel

Acadie

Politique municipale