•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du nitrate, de l'arsenic et de l'uranium au-dessus des normes dans des puits en Abitibi-Témiscamingue

Les réserves en eau de plusieurs résidents de la municipalité d'Argyle sont faibles.

Les réserves en eau de plusieurs résidents de la municipalité d'Argyle sont faibles.

Photo : RADIO-CANADA

Radio-Canada

Des puits privés de l'Abitibi-Témiscamingue sont contaminés par des micro-organismes pathogènes et d'éléments chimiques.

On y retrouve, notamment, de l'arsenic, du manganèse, de l'uranium et des coliformes fécaux, des substances qui, à des hauts niveaux, représentent un risque pour la santé.

C'est ce que révèlent les résultats préliminaires du projet volontaire d'analyse de l'eau des puits privés, chapeauté par le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Abitibi-Témiscamingue.

Ce projet a pour but de sensibiliser les propriétaires à tester l'eau de leur puits et d'effectuer les actions nécessaires pour éviter tout problème de santé.

L'Organisme de bassin versant du Témiscamingue est partenaire dans ce programme.

Son directeur, Pierre Rivard, a constaté que près de 10 % des puits analysés jusqu'à maintenant au Témiscamingue dépassaient les normes pour certains composants.

On a eu, je pense, trois puits qui ont relevé des analyses dépassant les normes, entre autres pour l'antimoine, l'arsenic, l'uranium également, et puis il y a un puits qui a dépassé les normes jusqu'à 8 fois pour le nitrate, qui est aussi extrêmement néfaste pour la santé, surtout à ces taux-là. Ces personnes-là ont été contactées directement par le CISSS.

Pierre Rivard, OBVT

Selon le conseiller en santé environnementale au CISSS de l'Abitibi-Témiscamingue, Frédéric Bilodeau, plusieurs puits contaminés ont été repérés dans la MRC de la Vallée-de-l'Or.

Ce n'est pas des concentrations qui vont avoir des effets à court terme. On trouve des concentrations qui vont avoir des effets à long terme. On parle d'une consommation de 20-30 ans. Donc, il y a un potentiel d'augmenter les risques de cancer associés à différents métaux. Généralement, ce sont des problèmes de cet ordre-là qu'on retrouve.

Frédéric Bilodeau, CISSS A-T

Lorsque le CISSS reçoit un résultat non conforme, il sensibilise le propriétaire sur les risques qu'il encourt en consommant son eau et propose les traitements appropriés.

Abitibi–Témiscamingue

Santé publique