•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CAQ veut rendre la francisation obligatoire pour les immigrants

La députée caquiste Claire Samson présente son rapport sur la francisation des immigrants.

La députée caquiste Claire Samson présente son rapport sur la francisation des immigrants.

Radio-Canada

La Coalition avenir Québec (CAQ) voudrait forcer les nouveaux arrivants qui maîtrisent mal le français à suivre un programme de francisation personnalisé à leur arrivée dans la province.

Un texte de Mylène CrêteTwitterCourriel

« Apprendre le français quand on vient au Québec ne doit pas être perçu comme une punition, mais plutôt comme une opportunité pour les immigrants », souligne la députée d'Iberville, Claire Samson.

Celle-ci juge que le gouvernement s'acquitte mal de cette responsabilité en offrant un accompagnement insuffisant aux nouveaux arrivants. « Souvent, le gouvernement s'est délesté de ses responsabilités en laissant au bon vouloir des organismes communautaires le soin de franciser les immigrants », affirme-t-elle.

La CAQ ferait passer l'allocation maximale à laquelle les immigrants qui suivent un cours de francisation ont droit de 120 $ à 200 $ par semaine. Elle offrirait également des programmes de francisation aux petites et moyennes entreprises de la région métropolitaine de Montréal.

On veut que ça marche pour les nouveaux Québécois, qu'il n'y ait plus cette génération gaspillée qui est la première génération qui arrive.

Claire Samson, députée de la Coalition avenir Québec

Elle voudrait obliger tous les membres d'une même famille à suivre un programme de francisation personnalisé pour éviter que les femmes soient marginalisées en choisissant de rester à la maison. Ces cours incluraient un volet sur les institutions, les valeurs et la culture québécoise.

« Les immigrants seraient pris en charge dès leur arrivée et ils auraient été préparés en amont pour savoir à quoi s'attendre », explique-t-elle.

Le programme de francisation obligatoire est l'une des neuf propositions contenues dans un rapport produit par la députée à la demande du chef François Legault. Ces propositions coûteraient 175 millions de dollars supplémentaires, annuellement.

En 2015-2016, le ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion (MIDI) dit avoir offert des cours de francisation à temps complet à 10 936 personnes et des cours à temps partiel à 16 150 autres personnes.

Le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale ainsi que celui de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur offrent également ces cours.

Politique