•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Winnipeg : un employé du laboratoire national potentiellement exposé à l'Ebola

Virus de l'Ebola

Virus de l'Ebola

Photo : Courtoisie de la Fédération mondiale des journalistes scientifiques

Radio-Canada

Un employé du Centre national des maladies animales exotiques à Winnipeg a potentiellement été exposé au virus Ebola.

Selon l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) et l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC), l'incident s'est produit lundi après-midi lorsque l'employé manipulait des porcs infectés dans un laboratoire de confinement de niveau 4.

Lorsqu'il a entamé les procédures normales de décontamination pour quitter le laboratoire, il a remarqué une fente dans la couture de la couche extérieure de son vêtement de protection.

Les autorités fédérales assurent que toutes les procédures d'urgence ont été suivies et que le risque est faible pour cet employé. Ce dernier est maintenant en isolement, et son état de santé sera surveillé pendant 21 jours.

Les responsables du laboratoire assurent que la santé publique n'est pas en danger parce que la personne n'est pas contagieuse.

« Le virus Ebola se propage par contact direct avec les fluides corporels d'une personne infectée », rappelle Pascal Michel, conseiller scientifique principal à l'ASPC. « Les personnes potentiellement exposées au virus ne sont pas contagieuses tant qu'elles ne développement pas de symptômes. Ainsi, avant que les symptômes apparaissent, ces personnes peuvent être considérées comme présentant un risque faible pour la collectivité. »

À titre préventif, on a offert à l'employé un vaccin contre le virus Ebola. Il s'agit du même vaccin utilisé dans le cadre d'essais cliniques en Afrique. Les autorités sanitaires n'ont toutefois pas précisé si l'employé a accepté de se faire vacciner, affirmant que sa décision est d'ordre privé.

Le Centre scientifique canadien de santé humaine et animale, à Winnipeg, est le premier établissement du monde à regrouper sous le même toit des laboratoires de confinement à niveau de biosécurité élevé pour la recherche en santé humaine et animale.

Le laboratoire de confinement biologique de niveau 4 permet l'étude de diverses maladies infectieuses causées par des agents pathogènes « spéciaux », tels que le virus de Lassa, le virus Ebola et le virus de Marburg.

Source : Agence de la santé publique du Canada

Manitoba

Santé publique