•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de financement ni de classement pour la cathédrale de Rimouski

La cathédrale de Rimouski

La cathédrale de Rimouski

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Québec ne financera pas la restauration de la cathédrale de Rimouski puisque le Conseil du patrimoine religieux maintient son refus de classement patrimonial. Le directeur général du patrimoine au ministère de la Culture et des Communications (MCC), Martin Pineault l’a confirmé au micro de l’émission Info-Réveil mardi matin.

Un texte de Richard LavoieTwitterCourriel

Martin Pineault a expliqué que le bâtiment n’a pu être reconnu pour sa valeur patrimoniale par les divers spécialistes en architecture, en histoire de l’art, en ethnologie et en archéologie qui ont analysé la demande de classement de la Société du patrimoine de Rimouski depuis la fin de 2015.

La cathédrale demeure donc avec sa cote D, selon le classement du Conseil du patrimoine religieux du Québec ce qui l’exclut du programme d’investissement.

On a basé notre analyse sur les différentes valeurs prescrites par les chartes internationales.

Martin Pineault, directeur général du patrimoine, ministère de la Culture et des Communications

Selon Martin Pineault, le bâtiment religieux a une valeur qui est plutôt « d’ordre local que d’ordre national ».

Il admet que les rénovations effectuées à la cathédrale au début des années 60 dans la foulée du concile Vatican 2 ont pesé dans la balance.

Effectivement cela (les rénovations) a joué en défaveur de l’église!

Martin Pineault, directeur général du patrimoine, ministère de la Culture et des Communications

Selon lui, la transformation extrême subie par la cathédrale lui a fait « perdre ses caractéristiques intrinsèques ».

 Le directeur général du patrimoine ne cache pas que des œuvres de l’architecte Victor Bourgault, c’est l’église Saint-Pierre Apôtre de Montréal qui est « la plus achevée », ce qui fait en sorte que cela établit un « jalon dans les classements » qui dessert la cathédrale de Rimouski.

Ce n’est pas une œuvre assez achevée pour avoir une importance d’envergure nationale par rapport à celle de Saint-Pierre Apôtre!

Martin Pineault, directeur général du patrimoine, ministère de la Culture et des Communications

Au Québec, c’est le Conseil du patrimoine religieux qui a la responsabilité de redistribuer les 10 millions $ que l’État consacre annuellement à la restauration des bâtiments.

Selon Martin Pineault, la ville de Rimouski pourrait demander au ministre de faire de la cathédrale un bâtiment « cité », mais il est clair que sans reconnaissance nationale, aucune subvention ne peut être versée pour sa restauration. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec