•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les réalités virtuelles et augmentées au service des architectes

L'utilisation de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée dans les bureaux de la firme d’architectes AS+GG de Chicago
L'utilisation de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée dans les bureaux de la firme d’architectes AS+GG de Chicago Photo: Maxime Johnson
Maxime Johnson

Conception assistée par ordinateur, modélisation 3D, impression 3D : les architectes adoptent en général rapidement les nouveaux outils mis à leur disposition pour concevoir leurs édifices. Deux nouvelles technologies sont maintenant en voie de s'ajouter à leur arsenal, la réalité virtuelle et la réalité augmentée.

La réalité virtuelle : pour des présentations plus léchées
La réalité virtuelle fait tranquillement sa place dans de plus en plus de domaines, comme le jeu vidéo, le cinéma, le commerce de détail et l'éducation. Pour les architectes, la technologie se veut notamment une façon simple et efficace de présenter leurs projets à leurs clients.

J'ai eu l'occasion d'expérimenter la réalité virtuelle au service de l'architecture en visitant récemment les bureaux de Adrian Smith + Gordon Gill (AS+GG), une firme de Chicago responsable notamment de la Jeddah Tower, un gratte-ciel en Arabie saoudite qui devrait remporter le titre d'immeuble le plus haut du monde lorsque sa construction sera achevée en 2020.

Dans une salle de réunion, trois casques Samsung Gear VR sont placés de façon à permettre aux visiteurs de voir des images d'immeubles déjà réalisés ou en construction, mais aussi des images 3D de l'intérieur de la Jeddah Tower. Les membres du public qui avaient enfilé les casques à l'occasion d'une journée porte ouverte organisée par la Chicago Architecture Foundation étaient instantanément séduits.

L'utilisation de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée dans les bureaux de la firme d’architectes AS+GG de Chicago.L'utilisation de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée dans les bureaux de la firme d’architectes AS+GG de Chicago. Photo : Maxime Johnson

« Ça fonctionne aussi bien avec les clients », explique un architecte de la firme présent sur place.

La technologie n'a pas remplacé les maquettes ni les affiches traditionnelles, mais de voir un futur immeuble tout autour de soi aide certainement à imaginer de quoi aura l'air l'édifice une fois fini. Notons que AS+GG utilise généralement des casques de réalité virtuelle plus performants que le Samsung Gear VR pour ses clients, comme l'Oculus Rift.

AS+GG n'est pas la seule firme à expérimenter avec la réalité virtuelle. Au Québec, Jodoin Lamarre Pratte architectes l'utilise aussi pour certaines présentations. « On est en train de voir comment on pourrait l'intégrer à notre pratique habituelle », explique Nicolas Ranger, associé principal de la firme.

L'une des forces de la réalité virtuelle en architecture est la simplicité avec laquelle la technologie peut être déployée. Les vidéos et les photos à 360 degrés peuvent, en effet, être simplement exportées à partir des outils de création que les architectes utilisent déjà.

Un téléphone, un casque de réalité virtuelle bon marché à 130 $ et quelques minutes de travail dans un logiciel suffisent donc pour faire une présentation encore plus convaincante qu'auparavant, et peut-être même réussir à vendre un projet ou des caractéristiques d'un projet qui n'auraient pas été acceptés sans cette dernière touche.

Jodoin Lamarre Pratte architectes espère toutefois pousser la technologie encore plus loin, en réunissant la réalité virtuelle et les outils d'animation modernes. « Les points fixes qu'on utilise actuellement ne permettent pas toute l'interaction qu'on souhaiterait avoir. Éventuellement, les clients pourront circuler dans les environnements et aller voir les parties de projets qui leur tiennent à cœur. Ça s'en vient », prédit Nicolas Ranger

La réalité augmentée aussi à l'essai

L'utilisation de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée dans les bureaux de la firme d’architectes AS+GG de ChicagoL'utilisation de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée dans les bureaux de la firme d’architectes AS+GG de Chicago Photo : Maxime Johnson


La réalité virtuelle n'est pas la seule technologie du genre à intéresser les architectes, qui lorgnent aussi du côté de la réalité augmentée, où des informations s'affichent par-dessus ce que l'utilisateur voit normalement. AS+GG s'est notamment dotée d'un casque Hololens de Microsoftpour explorer ce nouvel outil.

En architecture, la technologie pourrait, par exemple, être utilisée pour montrer l'effet des vents sur la maquette d'un gratte-ciel, pour voir de quoi aurait l'air une maquette à différentes heures du jour, ou encore pour la voir dans son environnement réel.

« La réalité augmentée permettra aussi d'aller voir directement de quoi auront l'air les sites extérieurs une fois les constructions achevées », précise Nicolas Ranger, qui ajoute que Jodoin Lamarre Pratte architectes s'intéresse à la technologie, mais que la firme ne l'a pas encore mise à l'essai.

Il faut dire que l'adoption de la réalité augmentée pourrait être plus difficile que celle de la réalité virtuelle.

Les architectes de AS+GG ont, en effet, rapidement frappé un mur avec le Hololens, puisque les outils logiciels n'existent pas encore pour implémenter les idées de la firme. Ces outils seraient probablement faciles à développer, mais il faudrait y consacrer des ressources, et les avantages ne sont pas encore assez évidents pour justifier cet investissement.

Lorsque de tels outils existeront, et qu'ils s'intégreront facilement aux logiciels que les architectes utilisent déjà, la réalité augmentée pourrait toutefois rapidement gagner en popularité en architecture, comme c'est le cas avec la réalité virtuelle.

Innovation technologique

Techno