•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les organismes francophones « essoufflés » attendent plus d'argent d'Ottawa

Rendez-vous des présidents et présidentes des associations francophones de la C.-B.

Rendez-vous des présidents et présidentes des associations francophones de la C.-B.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les organismes francophones de la Colombie-Britannique attendent avec impatience la nouvelle stratégie du gouvernement fédéral en matière de langues officielles.

C'est ce que retient le directeur général de la Société francophone de Victoria, Paul-André Mongeau, au terme du Rendez-vous des présidents et présidentes des associations francophones de la Colombie-Britannique qui a eu lieu vendredi et samedi à Richmond.

« Quand on pense que ça fait plus de 15 ans qu'il n'y a pas eu d'augmentation de l'enveloppe budgétaire de la part de Patrimoine canadien, je pense que c'est important qu'Ottawa puisse regarder ça et ajouter des fonds. Parce que nous sommes à plusieurs égards essoufflés », a-t-il expliqué en entrevue à l'émission Phare Ouest lundi.

« C'est sûr qu'on a hâte de voir la nouvelle feuille de route sur laquelle est en train de travailler Ottawa et notre ministre Mélanie Joly », soutient également Paul-André Mongeau.

Le nerf de la guerre, ça se trouve à être les sous.

Une citation de :Paul-André Mongeau, directeur général de la Société francophone de Victoria

M. Mongeau a toutefois bon espoir qu'Ottawa déboursera plus d'argent. « J'ai une grande confiance envers la ministre Joly », affirme-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !