•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Alouettes se séparent de Jim Popp

Annonce du départ de Jim Popp et bilan de fin de saison des Alouettes de Montréal

Jim Popp ne sera pas de retour la saison prochaine en tant que directeur général des Alouettes de Montréal.

C'est au cours d'une conférence de presse remplie d'émotion que le président de l'équipe Mark Weightman a confirmé la décision de l'organisation.

Popp, qui devait au départ faire partie de cette conférence pour dresser le bilan de la dernière campagne de l'équipe, n'était donc pas aux côtés de Weightman.

Ce dernier a toutefois mentionné que la décision a été prise d'un commun accord. « Ce ne fut pas une décision facile, mais nous l'avons prise dans le meilleur intérêt de l'équipe et de ses partisans qui méritent mieux que ce que l'équipe leur a offert cette année », a dit Weightman.

Ce dernier a aussi clairement laissé entendre que le processus de décision avait été amorcé il y a plusieurs semaines déjà. Les conflits internes qui ont miné les performances de l'équipe ont probablement été la goutte qui a fait déborder le vase.

Cette annonce laisse également planer un doute sur le retour de Jacques Chapdelaine comme entraîneur-chef, puisque Weightman a confirmé que le nouveau directeur général choisira son entraîneur. Les démarches pour trouver un successeur à Popp sont d'ailleurs déjà en cours.

Le club montréalais vient de terminer la saison avec un dossier de 7 victoires et 11 défaites. Il est exclu des séries éliminatoires pour la deuxième année de suite.

Une page d'histoire est tournée

Les Alouettes se séparent ainsi de l'une de leurs figures de proue, qui a été à son service pendant 21 ans.

Sous la gouverne de Popp, le club montréalais a remporté trois Coupes Grey et décroché huit titres de division.

Et au cours des moments plus houleux, Popp prenait la relève des entraîneurs-chefs qu'il venait de congédier.

« Le leadership de Jim au cours des 20 dernières années a légué un héritage de football à nos partisans, a indiqué le propriétaire du club Bob Wetenhall par communiqué. Nous lui sommes reconnaissants pour son dévouement, ainsi que pour ses sacrifices personnels. Nous savons que cette équipe est en position de retrouver le chemin de la victoire en 2017. »

Jim Popp a quant à lui réagi par communiqué. 

« Ç'a été une incroyable aventure, a indiqué Popp. J'ai un immense amour et un respect profond pour les partisans, cette belle ville de Montréal, la province du Québec, la famille Wetenhall, [...] et surtout, les milliers de joueurs que j'ai eu le privilège de connaître.

« Quand une équipe ne répond pas aux attentes, tout directeur général en entraîneur-chef sait que le temps d'un changement est peut-être venu. Je comprends cela et je souhaite remercier tout le monde pour de très belles années à Montréal. »

Mark WeightmanMark Weightman Photo : ICI Radio-Canada Sports

Du pain sur la planche

Weightman est demeuré muet et n'a rien voulu divulguer de la liste de candidats possibles à la succession de Popp.

Interrogé à savoir si certains noms pouvaient provenir des rangs universitaires (on pense à Danny Maciocia des Carabins de l'Université de Montréal), ou s'il avait demandé la permission à d'autres équipes de la LCF d'entamer des discussions avec un candidat, le président a gardé le silence complet.

Une chose est sûre, le prochain patron des opérations football aura de gros défis à relever. On sait déjà que les Alouettes n'auront pas de premier choix au repêchage de 2017. Ils ont cédé le leur dans l'échange qui a emmené à Montréal le quart Vernon Adams des Lions de la Colombie-Britannique en mai dernier.

Weightman a d'autre part catégoriquement nié la rumeur voulant que les Alouettes puissent perdre d'autres choix au repêchage pour avoir outrepassé la limite du plafond salarial fixé par la Ligue canadienne.

Choisir le prochain entraîneur-chef pourrait aussi s'avérer une affaire délicate pour le prochain patron. Jacques Chapdelaine a gagné le respect des joueurs au cours des six dernières semaines. Embaucher quelqu'un d'autre pourrait envoyer un message négatif au coeur du vestiaire.

Les joueurs n'avaient d'ailleurs pas été informés de la décision de rompre les liens avec Jim Popp. Selon Weightman, ces derniers ont donc appris la nouvelle en même temps que tout le monde, lundi en fin de matinée.

Au moment de quitter la salle de conférence, Radio-Canada Sports a demandé à Weightman ce qu'il avait trouvé le plus difficile : voir les Alouettes rater les éliminatoires pour une deuxième année de suite ou se séparer de Popp.

« La question qui tue », a d'abord lancé Weightman avant de prendre un moment de réflexion avant de répondre.

« Professionnellement, le plus dur a été de regarder l'équipe perdre. Mais d'un point de vue personnel, être forcé de dire à Jim que c'est fini me brise le coeur, surtout après plus de 20 ans à travailler ensemble. »

Pendant ce temps, l'absence du propriétaire Bob Wetenhall et de son fils Andrew suscite des questions sur l'état de leur relation avec Jim Popp à qui il restait une année à écouler son contrat.

Football

Sports