•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une proche aidante de la Côte-Nord : « Pour soutenir, il faut investir »

Annie Dumas et sa mère
Annie Dumas et sa mère Photo: Radio-Canada/Benoît Jobin

Depuis 10 ans, Annie Dumas, résidente de Baie-Comeau, est proche aidante pour sa mère. En cette semaine nationale des proches aidants, elle déplore le manque de financement et souhaite la création de services de répit sur la Côte-Nord.

Un texte d'Alix-Anne TurcottiTwitterCourriel

Annie Dumas est l'une des fondatrices de l'Association des aidants naturels de la Côte-Nord. C'est pour mieux faire connaître la réalité des proches aidants qu'elle a participé à la création de cette association.

Il y a des proches aidants qui prennent soin de leur aidé 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Annie Dumas, aidante naturelle

Elle déplore le manque d'accessibilité aux services et aux ressources dans la région, très souvent en raison d'un manque de financement.

« Les proches aidants ont besoin de services de répit adaptés, ils ont aussi besoin d'ateliers et de formation. Si on peut les soutenir le plus tôt, ça va les aider à ne pas s'épuiser. Cette année, la Semaine des proches aidants a pour thème Pour les soutenir, il faut investir », déclare-t-elle. 

Selon Annie Dumas, les proches aidants ne réalisent pas toujours leur nouveau rôle.

On le fait parce qu'on aime la personne qu'on veut aider. On veut lui rendre la pareille. On ne reconnaît pas toujours qu'on est proche aidant.

Annie Dumas, aidante naturelle

Elle demande que le ministère de la Santé mette en place un outil d'évaluation des besoins des proches aidants, ainsi qu'un plan d'action pour mieux soutenir les proches aidants.

Est du Québec

Santé