•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les eaux montent dans le réservoir de Muskrat Falls

Chantier de construction à côté du fleuve Churchill

Le chantier de Muskrat Falls

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball, a confirmé tard samedi que le niveau des eaux à Muskrat Falls a commencé à monter.

Il a expliqué que la restriction imposée à l'inondation du réservoir a été levée. La société Nalcor pouvait donc laisser monter les eaux au niveau qu'elles atteignent normalement au printemps.

L'inondation du réservoir des installations hydroélectriques en cours de construction sur le bas du fleuve Churchill, au Labrador, avait été suspendue. Entre-temps, des groupes d'Autochtones de la région ont pu étudier les rapports des ingénieurs préparés pour Nalcor et qui expliquent qu'il faut laisser monter le niveau des eaux pour éviter que les glaces endommagent les infrastructures.

Cela faisait partie de l'entente conclue par le premier ministre et des groupes d'Autochtones le 26 octobre à l'issue d'un marathon de négociations. Ces groupes craignent les effets sur la faune environnante du méthylmercure qui se dégage lorsqu'une terre est inondée et que les matières organiques au sol se décomposent. Les groupes demandaient une inondation minimale pour réduire les risques.

Dwight Ball assure que son gouvernement veut continuer à travailler avec les Autochtones et garder le niveau des eaux aussi bas que possible.

Dwight Ball en conférence de presseAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le premier ministre Dwight Ball confirme que les eaux ont commencé à monter dans le réservoir de Muskrat Falls.

Photo : CBC/Peter Cowan

Divergence d'opinions sur la hauteur de l'inondation

Dans un communiqué, les Autochtones disent comprendre que l'inondation est nécessaire avant la formation des glaces sur le fleuve. Toutefois, ils ne sont pas convaincus qu'il faut laisser monter le niveau des eaux à 25 m, comme le veut Nalcor.

Selon un expert embauché par les Autochtones, il serait possible de limiter l'inondation à 23 m à condition de faire certains changements, notamment augmenter la hauteur du barrage temporaire.

Le premier ministre mentionne qu'une firme d'ingénierie travaillera avec tous les intervenants pour déterminer à quel niveau il faut laisser monter les eaux. Il répète qu'on laissera le niveau d'eau redescendre au printemps.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !