•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une seconde vie pour le brise-glace Pierre-Radisson

Brise-glace
Brise-glace en réparation au chantier des Méchins Photo: Radio-Canada.ca/Léa Beauchesne
Radio-Canada

En cale sèche aux Méchins, le brise-glace Pierre-Radisson subira au cours des prochains mois une véritable cure de rajeunissement. Le navire cumule tout près de 40 ans de service pour la garde-côtière canadienne.

Un texte de Joane Bérubé avec les informations de Léa BeauchesneTwitterCourriel

Radio-Canada rapportait cette semaine que la flotte de brise-glaces est en très mauvais état. Assez pour que le Québec s'inquiète pour la sécurité du transport maritime dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent au cours du prochain hiver.

Un arrêt de la circulation sur la voie maritime du Saint-Laurent aurait des impacts économiques importants.

Le piètre état des brise-glaces de la Garde côtière compromet le commerce sur le Saint-LaurentLe Pierre-Radisson Photo : Radio-Canada.ca/Marc Godbout

À la suite des révélations de Radio-Canada, le ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Dominic Leblanc, a confirmé que son gouvernement allait bonifier la flotte sans toutefois fixer d'échéancier.

En attendant, le gouvernement fédéral tente de prolonger la vie de ses navires. C'est dans ce contexte que le Pierre-Radisson est entré en septembre dernier pour quelques mois de travaux au chantier Verreault Navigation en Haute-Gaspésie.

Le NGCC Pierre Radisson est un brise-glace moyen basé à Québec qui opère normalement sur le Saint-Laurent et le Saguenay durant l'hiver et accompagne des navires commerciaux et des missions scientifiques dans l'Arctique canadien, au cours de l'été.
Source : Garde Côtière canadienne

Depuis, une centaine de travailleurs se relaient pour le remettre à flot. Il s'agit d'ailleurs de travaux majeurs.

Chantier maritime VerreaultTravailleurs du Chantier maritime Verreault Photo : Ici.Radio-Canada.ca

Les employés de Verreault devront effectuer notamment l'entretien et la réparation de plusieurs réservoirs, refaire le revêtement de la coque, remettre en état la plate-forme et le hangar d'hélicoptère, remplacer des fenêtres et des hublots, effectuer l'entretien des composantes de propulsion et de guidage.

Une fois, ces travaux terminés, le navire pourra reprendre du service pendant encore au moins 15 à 20 ans, estime le directeur du chantier Verreault Navigation, Richard Beaupré.

D'autres contrats

Verreault Navigation est loin d'en être à ses premiers contrats avec la garde côtière. À travers les années, presque tous les brise-glaces y ont subi des réparations.

D'ailleurs, le Pierre-Radisson est une vieille connaissance des travailleurs du chantier qui ont eu à le réparer ou à l'entretenir au fil des ans.

Ottawa investira un peu plus de 8,5 millions de dollars pour remettre le bateau en état. Les travaux devraient être terminés en janvier 2017.

Par ailleurs, il se pourrait bien que le Pierre-Radisson ne soit pas le seul brise-glace à se rendre aux Méchins. L'entreprise prépare une soumission pour un autre bateau basé à Halifax et qui devra être réparé à l'hiver.

60 ans de réparation navale

Denise Verreault, PDG de Verreault NavigationDenise Verreault, PDG de Verreault Navigation

Aux Méchins, personne ne peut se plaindre de ce genre de contrats qui permet d'assurer du travail à une importante partie de la communauté. L'entreprise existe depuis 60 ans et continue de prendre de l'expansion avec entre autres de récents travaux d'agrandissement. Présentement, outre le Pierre-Radisson, deux autres navires sont en cale sèche.

Le chantier entend entreprendre sous peu la seconde phase de son agrandissement. À terme, la capacité d'accueil de la cale sèche du chantier sera unique dans l'est de l'Amérique du Nord, souligne la PDG, Denise Verreault. Les Panamax, des navires d'une longueur de près de 295 mètres, pourront alors entrer en cale sèche aux Méchins.

Ces nouveaux travaux d'agrandissement permettront aussi de doubler le nombre d'employés qui devrait passer de 200 à 400.

Est du Québec

Politique