•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un conseiller municipal de Hamilton dit avoir été victime de profilage racial

Le conseiller municipal de Hamilton Matthew Green et Julia Horton du Syndicat canadien de la fonction publique.

Le conseiller municipal de Hamilton Matthew Green et Julia Horton du Syndicat canadien de la fonction publique.

Photo : CBC/Samantha Craggs

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le conseiller municipal de Hamilton Matthew Green affirme avoir été victime de profilage racial en avril dernier à Hamilton lorsque des policiers l'auraient contrôlé sans raison valable. Sa plainte contre le service de police de Hamilton fera l'objet d'une audience disciplinaire le 15 décembre prochain, selon lui.

Un texte de Natasha MacDonald-DupuisTwitterCourriel

Le premier conseiller municipal noir de Hamilton, Matthew Green, dit qu'il attendait l'autobus au coin des rues Stinson et Victoria le 26 avril dernier vers 15 h, lorsque des policiers se sont approchés de lui. Selon lui, l'un des policiers ne l'aurait pas reconnu et lui aurait demandé s'il demeurait à Hamilton.

Le policier l'aurait ensuite questionné durant plusieurs minutes de façon « agressive », puis l'aurait enfin reconnu et aurait changé d'attitude immédiatement. Dans sa plainte, Matthew Green indique que le policier lui aurait alors demandé s'il « allait bien ».

Le conseiller municipal estime qu'il a été interrogé de la sorte parce qu'il est Noir et dit s'être senti intimidé. Il a indiqué à CBC que le Bureau du directeur indépendant de l'examen de la police (BDIEP) a mené une enquête et conclu que ses allégations étaient assez sérieuses pour faire l'objet d'une audience.

« Je me suis senti comme un suspect dans mon propre quartier. »

— Une citation de  Matthew Green, conseiller municipal noir de Hamilton

La porte-parole de la police de Hamilton, Catherine Martin, a indiqué que le service ne pouvait pas commenter l'affaire.

Fichage en baisse à Hamilton

L'incident a relancé le débat sur le profilage racial et de la pratique controversée du fichage par la police de Hamilton, ainsi que les effets psychologiques que cela peut avoir sur les personnes appartenant à une minorité visible.

Pourtant, la police de Hamilton dit avoir délaissé cette pratique, qui consiste à arrêter et à interroger des personnes, puis enregistrer les détails de l'échange dans une base de données, et ce, même s'il n'y a eu aucune activité criminelle.

En avril dernier, moins d'une semaine avant l'incident, la police avait affirmé que ses agents avaient eu recours à cette pratique moins de 30 fois en 2015, contre plus de 2900 fois en 2011. Selon le chef de la police de Hamilton, Ken Weatherill, le fichage n'est plus considéré comme un outil nécessaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !