•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections Yukon : les électeurs évaluent leurs options

les quatre chefs lors du débat de la CBC

Les quatre chefs ont tenté d'influencer le vote lors des nombreux débats électoraux.

Photo : Radio-Canada/Claudiane Samson

Radio-Canada

Les électeurs yukonnais ne disposent plus de beaucoup de temps pour faire leur choix pour le scrutin du lundi 7 novembre alors que les enjeux qui les préoccupent sont nombreux.

La pauvreté, l'accès aux soins de santé ou les réfugiés sont autant de sujets qui ont été abordés par les électeurs lors des différents débats.

Consultez la section spéciale Élections Yukon 2016

Jacques Jobin aimerait que le territoire se penche sur les règles qui régissent l'accès aux services du gouvernement pour les résidents du Yukon. « Il y en a beaucoup qui habitent le territoire cinq ou six mois par année et qui profitent des bénéfices que l'on paie avec nos taxes. »

Luc Laferté, quant à lui, aimerait voir si une nouvelle école secondaire francophone sera construite. « La livraison des services en français au niveau territorial, je pense que ça va quand même assez bien. En général, c'est sûr que en tant que francophone, je sens que j'appartiens au Yukon donc les préoccupations yukonnaises sont les miennes aussi. »

La francophonie absente de la campagne

centre de la francophonie à WhitehorseAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'Association franco-yukonnaise est l'organisme porte-parole des quelque 4500 francophones et francophiles du Yukon.

Photo : ICI Radio-Canada/Claudiane Samson

En fin de campagne électorale, l'Association franco-yukonnaise (AFY) regrette de constater que les questions de la francophonie n'ont pas été abordées par les partis en lice. L'organisme avait tenu lors de son assemblée générale annuelle à la fin du mois de septembre un forum politique pour entendre la position de chaque parti, mais note, à la veille du scrutin, un vide dans les plateformes électorales.

On espérait que [nos priorités] allaient se retrouver dans les différentes plateformes, mais ça nous montre que peu importe qui va être élu lundi, le travail de sensibilisation et de conscientisation de l'AFY va devoir se poursuivre auprès du gouvernement.

Angélique Bernard, présidente de l'AFY

L'organisme, qui pourtant avait publié un document rassemblant toutes ses demandes auprès des différents gouvernements, compte effectuer un bilan pour déterminer comment mieux solliciter l'attention des partis politiques en période électorale. 

Taxe sur le carbone

Darrel Pasloski en campagne dans une épicerie de WhitehorseAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Darrell Pasloski en campagne dans une épicerie de Whitehorse

Photo : Dave Croft/CBC

Le chef du Parti du Yukon, Darrell Pasloski, a déclenché les élections territoriales en parlant de taxe sur le carbone. Tout au long de la campagne, il a répété combien cette taxe fédérale menaçait le coût de la vie au Yukon, puisque toute la nourriture, les denrées ou l'essence sont transportées par camion.

Selon Keith Halliday, Yukonnais d'origine, économiste et commentateur politique, il ne fait aucun doute que cet enjeu sert les intérêts du Parti du Yukon.

C'est clair que c'est une stratégie politique du Parti du Yukon parce que c'est le seul parti qui est contre la taxe sur le carbone. [...] Mais c'est aussi une question réelle pour notre économie. [...] Ça va diviser la ville et la campagne.

Keith Halliday, économiste

Claire Derome, consultante pour l'industrie minière, croit également que l'enjeu de la taxe sur le carbone est réel. « Dans une situation économique comme on a dans le nord, où on n'est pas dans une situation économique qui est ouverte, [...] on va nécessairement être défavorisés. »

Elle souhaite voir un parti qui défend les intérêts du Yukon au niveau national plutôt qu'un parti qui accepte ce qu'Ottawa décide d'imposer.

À Dawson, les mines

concession minièreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La question des concessions minières à l'intérieur des limites de la ville divise les résidents de Dawson.

Photo : Radio-Canada/Julie Landry

À Dawson, un grand nombre de résidents s'opposent à l'exploitation des concessions d'or à l'intérieur des limites de Dawson, même s'ils sont d'avis que l'industrie minière est nécessaire.

Deux projets divisent la ville : celui de la route Dome où Darrell Carey voudrait exploiter sa concession, et celui du quartier résidentiel de la Première Nation Tr'ondëk Hwëch'in. La question est devenue un enjeu électoral dans la circonscription.

La présidente du groupe Katts, Cathie Findley-Brook, qui gère des sentiers de randonnée près de la route Dome compte sur les politiciens pour régler le conflit. « On voudrait qu'ils tiennent leur promesse de travailler avec nous pour trouver une solution qui satisfait tout le monde. »

Colombie-Britannique et Yukon

Politique municipale