•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau joyau culturel pour Montréal

Le nouveau Pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein du Musée des beaux-arts de Montréal

Photo : Marc Cramer / MBAM

Radio-Canada

Montréal pourra bientôt se targuer d'avoir un autre joyau à présenter au reste du monde, le nouveau Pavillon pour la paix Michal et Renata Hornstein du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM).

Un texte de Valerie-Micaela BainTwitterCourriel

L'édifice, construit grâce à des fonds publics et à des dons privés, regorge de peintures et d'œuvres d'artistes internationaux. Le Musée des beaux-arts de Montréal vient de gagner en prestige avec l'inauguration du Pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein.

Plusieurs œuvres d'artistes internationaux dormaient dans les réserves, faute d'espace. Elles auront désormais une place dans ce nouvel édifice. Grâce à cette nouvelle aile, la collection d'œuvres internationales du musée passe de 430 à près de 800.

Le Pavillon pour la paix Michal et Renata Hornstein du Musée des beaux-arts de MontréalAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Pavillon pour la paix Michal et Renata Hornstein du Musée des beaux-arts de Montréal

Photo : Radio-Canada

Au Canada, il n'y a que trois collections internationales vraiment, de très grand calibre et du coup nous sommes une des trois.

Nathalie Bondil, directrice du MBAM'

La construction de ce pavillon n'aurait pas été possible sans les mécènes Michal et Renata Hornstein, qui sont malheureusement décédés cette année avant d'avoir pu voir l'inauguration du pavillon.

Lorsque le couple a fait don de sa collection de 77 œuvres de grands maîtres au musée en 2012, le gouvernement du Québec a octroyé 18,5 millions $ pour la construction du pavillon.

Michal et Renata Hornstein (Archives du MBAM)Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Michal et Renata Hornstein (Archives du MBAM)

Photo : MBAM

Les enfants du couple Hornstein ont grandi en admirant ces œuvres dans l'appartement de leurs parents. Ils sont convaincus que Michal et Renata auraient été éblouis par le pavillon.

« C'est impressionnant et je pense que c'est mieux que dans l'appartement, à mon avis », estime Norbert Hornstein. Pour Sari Hornstein « c'était étonnant, époustouflant un peu, de belles émotions enfin de reconnaître quelque chose que je connaissais bien à la maison ».

Grand Montréal

Arts visuels