•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Autochtones à Thunder Bay : le travail des policiers remis en question 

Police de Thunder Bay

Photo : CBC/Matt Prokopchuk

Radio-Canada

Le Bureau du directeur indépendant de l'examen de la police (BDIEP) affirme que le traitement de la population autochtone par les policiers de Thunder Bay soulève des questions préoccupantes.

Le Bureau mène actuellement un examen systémique sur la façon dont les policiers de Thunder Bay gèrent la mort et la disparition des membres des Premières Nations.

« Des questions alarmantes ont été soulevées à propos de la façon dont le Service de police de Thunder Bay enquête sur la disparition et la mort des membres des Premières Nations », affirme le directeur du BDIEP, Gerry McNeilly, dans un communiqué.

Les leaders autochtones et les membres de ces communautés disent que ces enquêtes, tout comme les autres interactions avec la police, dévalorisent la vie des Autochtones, reflètent la différence de traitement et sont basées sur des comportements racistes. 

Gerry McNeilly, directeur du BDIEP

Le BDIEP ajoute que les politiques, les pratiques et les comportements lors des enquêtes concernant les personnes autochtones mortes et disparues seront au cœur de son examen.

Le Bureau du directeur indépendant de l'examen de la police examinera entre autres :

  1. Les politiques existantes, les pratiques et les comportements du Service de police de Thunder Bay, mais plus spécifiquement la mort et la disparition des personnes autochtones et de façon plus générale les questions de discrimination raciale;
  2. Si les enquêtes sont menées de façon discriminatoire;
  3. L'efficacité des politiques existantes et tentera d'identifier les meilleures pratiques reliées aux problématiques décrites plus haut;
  4. La façon dont les superviseurs et les officiers de première ligne sont formés sur ces questions;
  5. Dans quelle mesure les politiques existantes sont surveillées;
  6. Dans quelle mesure les agents sont tenus responsables de leur non-conformité;

Le chef de la Police de Thunder Bay, J.P. Levesque, dit que son service respecte le mandat du BDIEP.

Nous allons coopérer dans ce processus et nous espérons que les recommandations nous aideront à répondre aux besoins de nos communautés autochtones 

J.P. Levesque, chef de la Police de Thunder Bay

Le public est d'ailleurs invité à soumettre des commentaires sur ces questions par courriel ou par la poste.

Ils doivent être reçus au plus tard le 31 janvier 2017.

Une plainte déposée par la famille de Stacy DeBungee a entrainé la décision du BDIEP de lancer cet examen.

Le corps de l'homme de 41 ans avait été retrouvé dans la rivière McIntyre en octobre 2015.

La police de Thunder Bay avait conclu que sa mort n'était pas de nature criminelle. En revanche, un enquêteur privé embauché par la famille de la victime avait par la suite découvert des circonstances suspectes, incluant l'utilisation de la carte bancaire de Stacy DeBungee après sa mort.

Avec les informations de CBC

Nord de l'Ontario

Société