•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5 ans d'appels d'Alain Gravel, Isabelle Richer et Marie-Maude Denis scrutés par la SQ

Les journalistes Marie-Maude Denis, Alain Gravel et Isabelle Richer.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Sûreté du Québec (SQ) a confirmé jeudi avoir eu accès aux registres d'appels des journalistes de Radio-Canada Alain Gravel, Isabelle Richer et Marie-Maude Denis sur une période de cinq ans, soit du 1er novembre 2008 au 1er octobre 2013.

Donc, pendant toutes ces années, la SQ a obtenu le relevé de tous les appels entrants et sortants des trois journalistes.

En entrevue à ICI RDI, Alain Gravel s'est dit stupéfait d'apprendre que ses contacts téléphoniques ont été surveillés pendant une période charnière de l'histoire récente du Québec, pendant laquelle plusieurs scandales ont éclaté, menant à la mise en place de la commission Charbonneau sur l'industrie de la construction.

Le journaliste a énuméré quelques-uns des sujets sensibles sur lesquels il travaillait à cette époque : les liens entre la mafia et la FTQ, la corruption dans l'industrie de la construction ainsi qu'à la Ville de Montréal et à la Ville de Laval, l'entrepreneur Tony Accurso et son fameux bateau, Frank Zampino, etc.

« Ça veut dire que les policiers ont été chercher nos appels entrants et sortants de nos téléphones cellulaires sur toute la période de tous les dossiers sur lesquels on a travaillé : le bateau du Touch, la mafia à l'Hôtel de Ville de Montréal, la FTQ construction... Tout ce dont on a traité dans nos reportages d'Enquête », constate le journaliste.

Pendant toute cette période - le cœur me lève! - la police avait le nez dans nos téléphones, faut le faire.

Alain Gravel

Alain Gravel a précisé que le mandat de la SQ pour la surveillance de son registre d'appels a été obtenu en octobre 2013, avec un effet rétroactif allant jusqu'au 1er novembre 2008.

« Ça m'écœure », dit Isabelle Richer

« Scandalisée » d'apprendre qu'elle a été surveillée pendant cinq ans, Isabelle Richer dit qu'elle pourra « prendre la mesure des dommages » une fois qu'elle aura eu accès à la liste des personnes auxquelles elle a parlé pendant cette période.

« Ça m'écœure », s'exclame la coanimatrice d'Enquête, qui croit que cette situation n'est pas de nature à améliorer le lien de confiance avec la SQ, qui « n'était pas très fort » depuis notamment les révélations sur les abus dont sont victimes les femmes autochtones.

Rappelons que trois autres journalistes - Éric Thibault, André Cédilot et Denis Lessard - ont fait l'objet d'une surveillance de la SQ.

Ces révélations, qui surviennent après celles concernant le chroniqueur Patrick Lagacé, ont soulevé un tollé médiatique et politique. Le gouvernement Couillard a annoncé jeudi que le groupe d'experts créé initialement pour proposer des façons d'améliorer la protection des sources journalistiques sera finalement transformé en commission d'enquête publique.

Justice et faits divers