•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moment magique avec les orignaux dans le parc de la Gaspésie

Cette femelle orignal s'est amusée quelques instants avec ce trépied.

Cette femelle orignal s'est amusée quelques instants avec ce trépied.

Photo : Courtoisie Eric Deschamps

Radio-Canada

Éric Deschamps a passé deux heures en compagnie de quatre orignaux sur le mont Ernest-Laforce, dans le parc national de la Gaspésie. Ce moment magique a été capté par sa caméra et a enflammé le web. En moins d'une journée, sa vidéo a été vue 153 000 fois sur Facebook.

Un texte de Jean-François DeschênesTwitterCourriel

Éric Deschamps a eu toute une surprise lors de sa promenade hebdomadaire dans le parc national de la Gaspésie. Même si une femelle s'en est prise à son trépied, jamais il ne s'est senti en danger.

C'est définitivement le moment le plus spécial et le plus intense que j'ai vécu dans ma vie.

Éric Deschamps, randonneur

Par chance, il avait sa caméra vidéo et ce moment a pu être capté. « J'ai pris un petit moment pour bien analyser ce qui se passait. Puis, c'est là que j'ai compris que je n'étais pas en danger. Ils se nourrissaient tout simplement. Et le mâle dominant, qui était dans le coin, c'est lui qui gérait. »

Une vidéo virale

Il reste néanmoins surpris de l'accueil qu'ont réservé les internautes à sa vidéo. « Je ne m'attendais pas à ça », a-t-il confié. Ses images ont été visionnées 153 144 fois en 23 heures, en plus d'être partagées 5818 fois sur Facebook. 

« Je pense que ce que les gens ont vraiment aimé, c'est ce que je voulais faire vivre aux gens. L'émotion que je vivais, je ne la gardais pas pour moi, je la chuchotais et je la partageais sur la vidéo. »

Eric Deschamps a passé deux heures en compagnie de quatre orignaux.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Eric Deschamps a passé deux heures en compagnie de quatre orignaux.

Photo : Courtoisie : Éric Deschamps

Garder ses distances

Pour le directeur du parc national de la Gaspésie, Pascal Lévesque, il s'agit d'un moment qui sort de l'ordinaire. « C'est pour ça qu'on travaille », dit-il, afin de permettre aux « visiteurs de vivre ce genre de moment dans ce lieu de conservation ».

Le directeur rappelle qu'il faut toutefois garder ses distances, car il s'agit d'un animal sauvage et que ses réactions restent imprévisibles. « On ne sait jamais si on se retrouve dans une situation où on est entre la mère et le petit. On ne voit pas le petit et elle peut sentir ça comme un élément de risque pour sa progéniture », prévient-il. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Animaux