•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ombudsman préoccupé par le transport scolaire et le cas d'Adam Capay

Autobus scolaire

Autobus scolaire

Radio-Canada

Alors que plane un risque de grève jeudi de chauffeurs d'autobus scolaire dans la région de Toronto, l'ombudsman de l'Ontario est préoccupé par la situation, lui qui a lancé une enquête en septembre sur la pénurie de conducteurs.

En marge du dépôt de son premier rapport annuel mercredi, Paul Dubé n'a pas voulu commenter l'idée de faire du transport scolaire un service essentiel, affirmant que cette décision revenait au gouvernement.

Mais il a ajouté qu'un conflit de travail pourrait « empirer » la situation. 

Durant les semaines qui ont suivi la rentrée, une pénurie de chauffeurs a causé une crise dans la région de Toronto, alors que pas moins d'un millier d'écoliers devaient attendre plus d'une heure pour leur autobus. D'autres n'avaient pas du tout de transport scolaire.

Un transporteur a même fait venir des chauffeurs de l'Alberta en renfort.

L'ombudsman de l'Ontario, Paul Dubé

L'ombudsman de l'Ontario, Paul Dubé

Photo : Radio-Canada/Michel Bolduc

L'ombudsman dit que son enquête se poursuit.

Nous avons reçu 25 000 documents la semaine dernière [des conseils scolaires TDSB et TCDSB].

Paul Dubé, ombudsman de l'Ontario

Isolement cellulaire

Adam Capay a été placé en isolement dans la prison du district de Thunder Bay durant plus de 1500 jours en attente de son procès.

Adam Capay a été placé en isolement dans la prison du district de Thunder Bay durant plus de 1500 jours en attente de son procès.

Photo : Alison Jane Capay/askfm

M. Dubé a aussi indiqué mercredi qu'il « continue à suivre » le dossier du détenu autochtone Adam Capay, qui a passé 4 ans en isolement à Thunder Bay, avant d'être transféré dans une cellule régulière récemment.  

Deux représentants de son bureau ont visité le centre de détention la semaine dernière, a précisé l'ombudsman, qui a dit ne pas être au courant d'autres cas dans la province de prisonnier en isolement avec une lumière allumée 24 heures sur 24. 

Pensions alimentaires

Le Bureau des obligations familiales arrive au sommet du palmarès des plaintes à l'ombudsman cette année, après avoir fait l'objet de centaines de plaintes au cours des dernières années.

L'ombudsman cite dans son rapport le cas d'un homme qui avait plus de 300 000 $ en arriérés. Dans un autre cas, le Bureau avait, au contraire, saisi la moitié du salaire d'un homme, qui avait en fait versé plus d'argent qu'il n'en devait.

M. Dubé se dit encouragé toutefois par les changements à la direction du Bureau. Le député conservateur Todd Smith est sceptique, lui.

Ça fait très longtemps qu'on attend du changement.

Todd Smith, député conservateur

Par ailleurs, grâce à l'élargissement de son mandat le 1er janvier dernier, l'ombudsman pouvait enquêter pour la première fois cette année sur les municipalités. Aucune enquête officielle n'a été déclenchée, mais M. Dubé dit que son bureau est intervenu entre autres auprès d'une municipalité non spécifiée qui, selon une plainte, accordait des emplois à des membres de la parenté des élus.

En revanche, l'ombudsman a perdu son droit de surveillance d'Hydro One durant la dernière année, en raison de la privatisation du distributeur d'électricité. « Ça montre que le gouvernement ne veut pas de transparence », selon le député Jagmeet Singh du NPD.

Le bureau de l'ombudsman a reçu 22 118 plaintes d'avril 2015 à avril 2016 et 10 830, durant les six mois suivants. M. Dubé 

Le plus de plaintes :

  • Bureau des obligations familiales : 1025 
  • Municipalités : 918
  • Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées : 843 
  • Centre correctionnel du Centre-Est : 647
  • Hydro One : 632
  • Commission de la sécurité professionnelle et de l'assurance contre les accidents de travail : 594
  • Conseils scolaires : 398

À lire aussi :

Nord de l'Ontario

Éducation