•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Université du Manitoba : début des pourparlers de conciliation

Reprise du piquet de grève à l'Université du Manitoba.

Reprise du piquet de grève à l'Université du Manitoba.

Photo : CBC/ Meaghan Ketcheson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le piquet de grève a repris mercredi matin à la plus grande université du Manitoba, alors que le syndicat qui représente le personnel académique et l'administration rencontrent aujourd'hui un conciliateur nommé par la Province.

Les deux parties tenteront de mettre fin à l'impasse dans les négociations et parvenir à une nouvelle convention collective. Les professeurs sont sans contrat de travail depuis le 31 mars 2016.

Le vice-président de l'Université du Manitoba, John Kearsey souligne que l'administration étudie plusieurs options afin de minimiser les perturbations qui touchent les quelque 29 0000 étudiants.

Plus de 1 200 membres du corps professoral ont déclenché la grève le 1er novembre à 0 h 1.

Bien que de nombreux cours soient annulés, certains sont enseignés par des chargés de cours. Une liste complète et à jour des cours et des horaires peut être consultée sur le site Internet de l'Université.

Professeur à la faculté de génie James Blatz traverse le piquet de grève pour enseigner ses cours. Bien qu'il se dit en accord avec les enjeux, il désapprouve le temps choisi pour l'arrêt de travail. « Cela met beaucoup de pression sur les universitaires », dit-il.

Il ajoute que le grand enjeu est le financement des établissements postsecondaires en rappelant que le NPD a gelé les droits de scolarité. « Les universités n'ont plus le contrôle sur leurs revenus et leurs dépenses. Ainsi, les administrations ont dû faire quelque chose pour joindre les deux bouts. Cela a été de réduire le corps professoral et de remplir les cours avec plus d'étudiants. C'est le gouvernement qui a créé cette situation. La seule façon d'y remédier est de retourner au gouvernement et de trouver un nouveau modèle de financement », croit James Blatz. 

Le président du syndicat Mark Hudson souligne que les piquets de grève seront présents tous les jours de semaine de 7 h à 17 h jusqu'à ce qu'il y ait une entente.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !