•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Muskrat Falls : le coût des manifestations estimé à des centaines de millions de dollars

Le chantier de Muskrat Falls au Labrador, en juillet 2015

Le chantier de Muskrat Falls au Labrador, en juillet 2015

Photo : PC/Andrew Vaughan

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Stan Marshall, président-directeur général de la société Nalcor Energy, à Terre-Neuve-et-Labrador, affirme que les manifestations tenues dans les environs du chantier de Muskrat Falls, en octobre, ont causé de coûteux retards.

Le chantier a perdu 11 jours de travail, mais M. Marshall explique qu'il faudra de 2 à 3 mois pour reprendre la vitesse de croisière des travaux de construction. C'est pourquoi il estime le coût des manifestations à des « centaines de millions de dollars ».

L'une des principales préoccupations des manifestants est la crainte de la contamination de l'environnement au méthylmercure. Selon M. Marshall, cette préoccupation refait surface chaque fois qu'un promoteur construit un réservoir quelque part. Il dit qu'il n'y a aucun cas documenté de problème causé par du méthylmercure lors de l'inondation d'un réservoir. Cette substance est déjà présente partout dans l'environnement, dit-il.

Stan Marshall souligne que le réservoir des installations hydroélectriques existantes sur le Haut-Churchill est 60 fois plus grand que celui de Muskrat Falls, sur le Bas-Churchill. Il ajoute qu'il n'y a aucun cas documenté de problème de santé causé par du méthylmercure s'écoulant du réservoir du Haut-Churchill.

Le PDG ajoute que la sécurité des travailleurs et du public est la principale préoccupation de Nalcor. Il est convaincu que personne ne souffrira du projet de Muskrat Falls.

Nalcor Energy interpelle la province

Si le réservoir près du projet hydroélectrique de Muskrat Falls n'est pas inondé complètement d'ici les trois prochaines semaines, le site pourrait être inondé par les eaux du fleuve Churchill alors que l'hiver arrive à grands pas et que les températures chutent, selon Nalcor Energy.

Stan Marshall dit que la société serait prête à amorcer le processus d'inondation en fin de semaine, mais elle attend toujours l'approbation du gouvernement provincial.

M. Marshall a noté qu'il neigeait déjà dans la région et que l'hiver était aux portes du Labrador.

L'inondation du réservoir a été reportée, la semaine dernière, lorsque quelque 50 manifestants sont descendus sur le site pour réclamer une rencontre avec le premier ministre Dwight Ball, qui leur a accordé un délai jusqu'à ce qu'il puisse entendre tous les intervenants.

Les Innus du Labrador ont déjà accepté le projet, mais selon M. Marshall la province attend toujours la réponse de deux autres communautés autochtones : le gouvernement du Nunatsiavut et le Conseil communautaire NunatuKavut.

Joint par courriel, le Conseil communautaire NunatuKavut a envoyé une brève déclaration dans laquelle il a affirmé qu'il soumettrait ses commentaires à la province d'ici la fin de la semaine.

Avec les informations de CBC, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie